Archives pour la catégorie BICCause

Un maraîcher d’Ile-de-France témoigne du changement climatique

Valérie et Alain Crochot gèrent une exploitation maraichère – l’EARL Les Plaisirs du jardin-  à Cergy. Le BIC qui a reçu leur témoignage, le diffuse bien volontiers avec leur autorisation. Valérie et Alain fournissent une AMAP de Bagnolet…  « Choux plus amers,  carottes plus molles,  aubergines aux formes bizarres… », ils s’inquiètent des conséquences du …changement climatique !

10156170_276326489201108_635959655_n
«  » » » »

A l’heure où chacun pense aux vacances d’été bien méritées, au soleil, à la détente, … nous faisons face à l’accélération des dérèglements climatiques : pas d’hiver depuis 2 ans, plus de printemps depuis 5 ans, des températures trop fraiches les matins jusqu’à mi-juin depuis 6 ans…et maintenant de très fortes chaleurs ! Sans doute, la canicule nous écrasera la semaine prochaine (NDLR : courrier prémonitoire  daté de fin juin…).

Le froid, le chaud,…où en est-on ?

Nous devons nous adapter, résister. Depuis début mars et pour lutter contre le froid, quatre personnes travaillent la moitié de leur temps à débâcher et ouvrir les serres quand les températures remontent, puis rebâcher et fermer les serres l’après-midi avec des voiles de protection. Quant à la chaleur, les 34 degrés du 4 juin ont été la première alerte. Les cassis sur le haut des plantes ont été brûlés, les feuilles de groseilliers brunies par le feu du soleil, et plus étonnant, les jeunes plants de pastèques et melons sont en difficulté… les plantes sortant du froid n’ont pas de temps d’adaptation. Les potirons ne sont pas encore en fleurs : il nous faudra les arroser toute la journée pour les rafraîchir. Nous allons poser des écarteurs en bois pour aérer au maximum les serres,…Bref, nous allons combattre !

Une nouveauté : la canicule en juin

Je n’ai jamais connu de canicule fin juin… C’est une sensation étrange de réaliser que nous sommes tous sur une planète aux équilibres très fragiles ; Chaque plante a des besoins physiologiques de température, d’humidité assez précis. Mais notre terre connait des déséquilibres qui s’amplifient. Nous modifions nos façons de travailler . Nous modifierons progressivement nos dates de mises en cultures : carottes plus précoces, tomates également avec protections anti-gel renforcées, salades en hiver, choux fleurs et radis en janvier… Vous ne le réalisez pas forcément mais vous avez déjà depuis 2 ans, ces légumes à des périodes incongrues ici. Je m’inquiète pour l’avenir: les choux seront plus amers, les carottes plus molles, les aubergines aux formes bizarres,…Vous vous réjouirez peut-être de manger d’avantage de patates douces. Nous testons des cultures tropicales dans une serre complète: concombres du Sénégal, basilic thaï, cacahuètes, christophines,…

 Comment l’humanité va-t-elle s’alimenter ?

Ce n’est qu’un début ! A Cergy, nous ne sommes certainement pas les plus à plaindre. C’est dur, mais c’est faisable. Mais combien de paysans s’adapteront à ce nouveau quotidien ? Et comment ne pas penser à nos millions de collègues d’Afrique, d’Australie, de Californie,..qui disparaissent ou errent de pays en pays. Comment l’humanité va-t-elle s’alimenter ?

La terre n’est qu’une. Mais notre conscience d’agir est personnelle Elle nous incombe.

Bon été à vous !
«  » » » » » » »
En compléments:
> > > Article de Jean Jouzel, climatologue.
http://www.lepoint.fr/environnement/climat-jean-jouzel-absolument-agir-d-ici-2020-10-06-2015-1935164_1927.phpA la recherche d’une terre plus vivable que la nôtre, excellent dossier de Science et vie (juillet 2015): la première étoile extra-solaire est à 100 000 années de voyage, alors sauvons notre si belle planète !.
 http://www.science-et-vie.com/2015/06/au-sommaire-de-science-vie-n1174/

Sorins : un appel à solidarité

Voici un nouvel appel à votre solidarité afin d’améliorer l’habitat des 173 anciens voisins d’origine  ouest-africaine expulsés il y a 3 ans de la rue des Sorins.

photo

 

Merci à ceux qui ont participé au premier appel à financement pour le réaménagement de leur cuisine qui est en cours. Cette fois il s’agit d’aménager les sanitaires toujours par un financement participatif figurant sur la plate-forme numérique “Les petites pierres” . 

 

Depuis trois ans, le Collectif des Sorins, groupe de 173 hommes 
d’origine ouest-africaine, vit dans une ancienne serrurerie à Montreuil. Dans le cadre d’un projet de mise en sécurité du bâtiment, ils cherchent à financer l’aménagement des sanitaires – avec votre aide !
http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaires

 

Pour plus d’informations et pour faire un don : copier et chercher cette adresse sur internet, cliquez et inscrivez-vous.

Faites circuler le message sur vos réseaux.

Le Collectif des Sorins

photo 2

TEXTE POUR DIFFUSION CROWD-FUNDING

Le Collectif des Sorins lutte depuis trois ans pour préserver des  valeurs d’accueil et de solidarité face au manque d’un logement digne  et de titres de séjour pour la plupart des 173 migrants qui en font  partie. Originaires de l’Afrique de l’Ouest, ces hommes sont installés  depuis décembre 2011 dans une ancienne serrurerie industrielle au 41-45  rue des Papillons, dans la ville de Montreuil. Soutenue par la Mairie  et les Montreuillois, l’association des habitants fait un véritable  travail de gestion coopérative du foyer.
Un projet de réhabilitation de l’ancienne usine pour répondre à  l’urgence -constituée par les équipements électriques vétustes qui  augmentent les risques d’incendie, et par le manque de chauffage et  isolation- est en cours avec les Architectes de l’Urgence. La Ville et  l’Office pour l’Habitat, propriétaire des locaux, accordent au projet  un soutien financier conséquent qui toutefois, au vu de l’état du  bâtiment, ne permettra pas de couvrir l’ensemble des coûts des travaux.
C’est ainsi qu’on a décidé de lancer un financement participatif sur  internet en collaboration avec la plate-forme “Les petites pierres”  pour récolter les 15.000 € nécessaires pour terminer les travaux et  rénover les sanitaires.

Dès leur arrivée, les Sorins ont remis en fonction les toilettes et les  douches, des chauffe-eau ont été également installés. Elles ont > cependant été aménagées avec des matériaux de récupération et à cause  de l’usage intensif qui en est fait,  elles ne sont clairement plus  dans un état satisfaisant, tant du point de vue de l’hygiène que du  respect de l’intimité. Il est donc indispensable d’améliorer cette  installation.
On fait appel à votre générosité pour réaliser les travaux de  réparation nécessaires à la salubrité des lieux (pose de carrelage  entre autres). Il s’agit également d’installer des équipements adaptés  aux besoins de cette vie en collectivité et qui préservent l’intimité  de chacun (cloisons en dur des cabines, portes pour les toilettes).

Vous trouverez beaucoup d’informations concernant notre situation, le  projet et les modalités de dons sur le site des « Petites pierres » à > l’adresse suivante :
 http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaire

Le Collectif des Sorins

 

SOLIDARITĒ avec le peuple grec

SOLIDARITĒ avec le peuple grec pour la résistance et la conquête sociale contre les politiques d’austérité.  Ensemble manifestons à Paris le 20 juin !

 

(Communiqué commun à Bagnolet du neuf à Gauche, Bagnolet Initiatives Citoyennes, Dynamique Citoyenne, EELV, Ensemble, PCF, PG)

Le 25 janvier 2015, le peuple grec a pris son destin en main. Il a décidé d’en finir avec les politiques d’austérité qui l’ont humilié et plongé dans la misère. Dans les pays victimes de la Troïka et dans bien d’autres pays européens, la victoire de Syriza a été perçue comme un espoir d’en finir avec ces politiques profitables aux puissances financières, désastreuses pour le monde du travail et la société dans son ensemble.

Mais les institutions et les dirigeants européens refusent que le nouveau gouvernement applique ses engagements électoraux, comme le rétablissement du salaire minimum et des conventions collectives. Ils menacent d’interrompre le refinancement de la dette grecque, ce qui impliquerait le défaut de la Grèce et sa possible expulsion de l’euro. La Banque centrale européenne, outrepassant son mandat, a déjà coupé sa principale ligne de financement aux banques grecques. À l’évidence, il s’agit de faire un exemple pour montrer qu’il n’y a pas d’alternative possible.

Les grands médias ont relayé un discours de discorde entre peuples européens : les Grecs irresponsables voudraient continuer leurs excès et les faire payer aux contribuables des autres pays.

La réalité est bien différente. Comme le montrent les études et les audits citoyens de la dette qui se multiplient en Europe, partout l’explosion des dettes publiques est pour l’essentiel le résultat non d’une hausse des dépenses sociales mais de taux d’intérêts excessifs, du coût du sauvetage des banques sur fonds publics après 2008, et de la chute des recettes publiques. Celle-ci a elle-même résulté des cadeaux fiscaux au patronat et de l’évasion fiscale des riches, puis de la crise financière, et enfin de l’austérité qui détruit la société et bloque la transition écologique. En Grèce, une commission d’audit a été mise en place afin de faire la vérité sur la dette grecque.

Parlant de son élection en 2012, François Hollande disait qu’elle serait en Europe « un soulagement, un espoir, l’idée qu’enfin l’austérité ne pouvait plus être une fatalité». Aujourd’hui les dirigeants de l’Eurogroupe œuvrent à humilier la Grèce qui refuse cette fatalité. Face au chantage, le gouvernement grec a signé le 20 février un accord temporaire qui limite fortement ses marges de manœuvre. A l’expiration de cet accord en juin, de nouvelles négociations vont décider du sort de la Grèce et de l’Europe.

Nous demandons instamment à François Hollande de s’opposer à l’étranglement financier de la Grèce, ce double déni de démocratie par lequel il renie ses engagements devant les Français et nie le droit des Grecs à décider de leur destin. La Grèce est un symbole qui nous concerne tous. Si les Grecs réussissent, alors il y a une remise en cause, en France et dans toutes l’Europe, des politiques néolibérales qui sont des entraves au progrès social et à la transition écologique.

Aussi, nous appelons les bagnoletai(se)s à témoigner avec force notre solidarité au peuple Grec afin que son choix contre les politiques d’austérité issu des urnes soit respecté ! Du 20 au 27 juin se tiendra une grande semaine de mobilisation européenne de soutien au peuple grec.

A Rome, à Berlin, à Londres, à Athènes, à Madrid, à Bruxelles, à Paris et dans de nombreuses autres villes, nous répondrons à l’appel des mouvements grecs « unis contre l’austérité et l’injustice sociale ».

A Paris, une manifestation aura lieu samedi 20 juin après-midi de Stalingrad à la place de la République. Nous appelons à une mobilisation massive à Paris le 20 juin pour dire ensemble: nous sommes avec les Grecs pour la dignité et la justice, pour une autre Europe.

L’appel de Gueret

Gueret 14-06-15

Compte rendu de la journée de mobilisation pour les services publics et Appel lancé à Guéret le 13 juin 2015.

(Communiqué)

La convergence pour les services publics se félicite de la dynamique de la journée  de mobilisation du 13 juin 2015 à Guéret , qui a rassemblé plus de 7 000 personnes, en lançant par la même occasion des assises pour les services publics plus que jamais nécessaires en ces temps de crise et d’austérité.

La journée a débuté par des débats sur les grands enjeux du service public, les besoins et les droits des usagers, la réforme territoriale, la question écologique.

Le pari de rassembler les usagers, les personnels, les citoyens, les élus autour du service public dans la diversité des organisations et des collectifs dans une ambiance festive est ainsi réussi.

La réflexion continue demain à Guéret pour le lancement d’assises qui aboutiront à l’élaboration d’un manifeste pour les services publics.

Le collectif est maintenant clairement engagé dans une dynamique de reconquête du champ des services publics, un processus de débats et de mobilisations qui doit se développer sur l’ensemble du territoire.

2016 sera l’année des services publics !

Voici l’appel de Guéret

Nous, citoyens, usagers du service public, militants syndicaux, associatifs, politiques, élus, collectifs de la Convergence, coordinations, lançons aujourd’hui un appel pour la défense, la reconquête, la réinvention et le développement des services publics.

Des services publics, créateurs de richesses, au service de la satisfaction des besoins et des droits fondamentaux, de la redistribution des richesses produites et s’inscrivant clairement dans la transition écologique.

 Des services publics bénéficiant de financements pérennes au moyen notamment d’une véritable réforme fiscale et d’un contrôle public des banques et les organismes financiers.

Des services publics au sein desquels les citoyens doivent disposer de nouveaux droits sur l’expression des besoins de service public et leurs modalités d’exercice. 

Des services publics assurant les principes de solidarité, d’égalité de traitement notamment entre les femmes et les hommes, de continuité et d’égal accès, sur l’ensemble du territoire

Des services publics, dans les territoires, en France et en Europe, pour combattre l’austérité et sortir de la crise.

Nous appelons au renforcement des collectifs et comités existants et à la création de nouveaux collectifs de la Convergence sur l’ensemble du territoire pour engager cette bataille dans la durée

Nous appelons à l’organisation d’assises locales dans l’objectif d’adopter, en 2016, un manifeste, outil de mobilisation pour les services publics.

Nous nous inscrivons dans toutes les mobilisations, territoriales et professionnelles, pour les services publics et la protection sociale, en France, en Europe et dans le monde, en 2015.

La Convergence nationale de défense et de développement des services publics

Ensemble, refusons la fermeture du centre de sécurité sociale

Rassemblons-nous-le 24 juin 2015 à partir de 17 H 30 devant le siège de la CNAM à Bagnolet pour déposer les pétitions contre la fermeture du centre de sécurité.

Voici le texte signé par l’AMB, APIC, ARAC, Bagnolet en Vert, Bagnolet Initiative Citoyenne, CGT Educ’Ation 93- section Bagnolet, CNL, Comité de défense et de promotion du centre de Santé, Du Neuf à Gauche Bagnolet, Dynamique Citoyenne, EELV, Ensemble, Femmes Solidaires, La Ligue des Droits de l’Homme -section de Bagnolet-les Lilas, Les Amis de l’Huma, PCF, PG, PS, Secours Populaire, UL CGT Bagnolet – les Lilas.

La Direction de la CPAM a programmé la fermeture de 18 Centres de Sécurité Sociale sur 33 en Seine-Saint-Denis. Objet d’un véritable coup de force, le Centre de Bagnolet serait même fermé fin juin pour la période des congés dans l’objectif de ne pas ré ouvrir en septembre.

Le départ de la CPAM de Bagnolet, ce sont de fils d’attente interminables dans les centres restant Ouvert, des déplacements longs et fatigants pour les plus âgés et les plus faibles physiquement, plus couteux pour tous, des délais de traitement qui vont s’allonger, des retards de paiement qui vont s’accumuler…

Le centre de Montreuil, le plus proche est surchargé, il regroupe déjà 230000 personnes .En y ajoutant le centre de Bagnolet de 35000 habitants. On imagine les difficultés à venir.

Cette politique est inacceptable !

L’accès aux droits est une question majeure de l’égalité comme principe fondateur de la République. Or, c’est ce principe qui est attaqué aujourd’hui. Ainsi, une récente publication du sociologue Richard Dethyre chiffre à plusieurs milliards les droits sociaux, dans différents domaines, non perçus en raison d’une méconnaissance de ceux-ci, par les usagers, de découragements face à des démarches qui paraissent obscures, de l’insuffisance d’informations et de soutien dans la mise en œuvre des procédures.

Cette question est d’autant plus vitale que près de 30% de la population renonce à des soins pour des raisons financières. Situation qui frappe particulièrement notre Département et notre Ville où la précarité est forte. Situation d’autant plus scandaleuse que la Cour des comptes, dans son rapport de 2014, évalue à plus de 20 milliards par an la fraude patronale aux cotisations sociales.

Cette politique de fermeture est la conséquence directe des restrictions budgétaires imposées par l’Etat à l’Assurance maladie. Ainsi, la nouvelle convention d’objectif et de gestion signée avec la CNAM prévoit le non-remplacement d’un départ en retraite sur deux, soit la suppression de 4500 postes au plan national et 170 en Seine-Saint-Denis.

Nous refusons cette politique d’austérité qui ignore l’urgence sociale en portant atteinte à la qualité de service public offerte aux habitants. De même nous réclamons du maire de Bagnolet qu’il retire du projet du plan local d’urbanisme le projet d’opération immobilière en lieux et place des locaux de la sécurité sociale, qui de fait participe de leur liquidation

Avec les syndicats CGT, FSU, Solidaire, FO, CFTC, UNSA, CGC CFE, CFDT, nous appelons à la mobilisation des salariés et de la population pour empêcher la fermeture du Centre de Sécurité Sociale de Bagnolet, comme celle des 18 autres Centres menacés.

Signez et faites signer les pétitions contre ces fermetures !

Rassemblons-nous-le 24 juin 2015 à partir de 17H30 devant le siège de la CNAM à Bagnolet pour déposer les pétitions contre la fermeture du centre de sécurité.

AMB, APIC, ARAC, Bagnolet en Vert, Bagnolet Initiative Citoyenne, CGT Educ’Ation 93- section Bagnolet, CNL, Comité de défense et de promotion du centre de Santé, Du Neuf à Gauche Bagnolet, Dynamique Citoyenne, EELV, Ensemble, Femmes Solidaires, La Ligue des Droits de l’Homme -section de Bagnolet-les Lilas, Les Amis de l’Huma, PCF, PG, PS, Secours Populaire, UL CGT Bagnolet – les Lilas

 

Bagnolet, juin 2015

Appel « Créer, c’est résister. Résister c’est créer »

http://www.dailymotion.com/video/x2rew0e_hommage-a-l-appel-creer-c-est-resister-resister-c-est-creer_news

Il y a plus de 10 ans, d’anciens membres du Conseil national de la résistance (CNR), Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, et Maurice Voutey, lançaient un appel solennel :

« Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

Cet appel, venant de figures de la Résistance aussi marquantes, résonne aujourd’hui avec une acuité et une modernité qui n’a pas faiblit. C’est pourquoi, si la plupart de ces figures sont aujourd’hui disparues, leur voix ne doit pas s’éteindre. Elle peut trouver un nouvel écho.

A l’heure où quatre figures de la Résistance vont faire leur entrée au Panthéon, le Parti communiste français et le dessinateur Lardon ont décidé de réaliser ce petit film afin d’illustrer ces paroles lumineuses, adressées avec « affection » aux jeunes générations.

 

Sécurité sociale : non à la fermeture

Un large collectif pluraliste est en cours de constitution pour, en tout premier lieu,  gagner le maintien de notre sécurité sociale à Bagnolet. La direction départementale de la CPAM envisage, en effet, de fermer le centre de sécurité sociale de Bagnolet à la rentrée prochaine.

 

Voici le communiqué du front de Gauche, volontiers repris par le BIC

Cette fermeture s’inscrit dans la volonté de réduire à une peau de chagrin les centres d’accueil du public permettant aux populations et en premier lieu au plus précaire de s’informer de leur droit et de pouvoir y accéder.

Ainsi 18 centres seraient fermés sur 33 en Seine Saint Denis. Rappelons que notre département comptait 100 points de contact en 2002, assurant un véritable maillage de proximité.

Cette fermeture s’inscrit également dans la volonté du gouvernement de rayer de la carte 8000 postes à la sécurité sociale d’ici 2017.

Après les baisses et les déremboursements de médicaments, l’étouffement financier des hôpitaux Publics, la disparition des administrateurs salariés de la sécurité sociale, le renvoi de fait vers les assurances privés…c’est le principe d’égalité de service public garantissant l’accès au droit à la santé qui est remis en cause, ainsi d’ores et déjà 30% de la population renonce aux soins pour des raisons financières.

Rappelons que dans le même temps la cour des comptes démontrait dans son exercice 2014 que les fraudes patronales sur les cotisations sociales avoisinaient la somme de 20 à 25 milliards d’euros soit plus que le montant du déficit de la sécurité sociale.

Cette situation est particulièrement inquiétante. Un large collectif pluraliste est en cours de constitution pour, en tout premier lieu,  gagner le maintien de notre sécurité sociale à Bagnolet.

 

Questions à MIreille Ferri

 mireille ferri 2

 

Un an après les municipales de mars 2014, le BIC a posé quelques questions à Mireille Ferri, qui s’y était présentée en tête de La Liste Citoyenne, dont le BIC est l’émanation. Voici  ses réponses (en douze minutes) – cliquez ici

E98A0880

Les questions :

  • Mireille, habites-tu toujours Bagnolet ?
  • Pourquoi as-tu démissionné du conseil municipal ?
  • Que dis-tu à ceux qui prétendent que tu as largement contribué à bétonner la région à travers ta contribution au Schéma directeur de l’Ile-de-France (2007-2008) ?
  • Après un an de mandat, que penser des actions de la nouvelle municipalité ?
  • Pourquoi l’abandon de la modification du PLU –  pourtant un engagement de campagne – est une catastrophe ?
  • Pourquoi Bagnolet n’a-t-elle pas engagé une vaste d’étude d’urbanisme ?
  • Pourquoi la Liste Citoyenne n’a-t-elle pas fusionné entre les deux tours des élections municipales de mars 2014 avec les listes de Tony Di Martino et Mohamed Hakem ?
  • Comment envisager à l’avenir la politique à Bagnolet ?
Mireille vidéo

Coutures et urbanisme : mobilisation des habitants

home couture

 MARDI 26 MAI 2015
 19 H 30 AU CAFE LIBERTE, 173 RUE ROBESPIERRE

Une mobilisation est en cours afin de bloquer la densification massive que la mairie et les aménageurs privés et publics veulent imposer dans le quartier des Coutures. 

 

Un des problèmes majeurs est la hauteur des constructions, prévues pour certaines à

à r+4 , soit 15 mètres
et
à r+5 soit 18 mètres.

Afin de vous donner un ordre d’idée, les lofts au 90 rue Victor Hugo ont une hauteur de 13/14 mètres.

A cela s’ajoute l’absence d’équipements publics, de services dans le quartier (écoles, crèche…) et dans la ville (piscine, conservatoires musique et danse décents…), l’inadéquation des axes pour recevoir un flux accru de voitures, des risques de désordres liés aux mouvements de terrain pour les bâtiments ne possédant pas de fondation…   

À lui seul, le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD – lien ci-joint) prévoit sur 3 ilôts, 131 logements et 109 places de parking.

Consulter ici 

 

Une architecte du quartier a eu la judicieuse idée d’implanter en rouge les programmes immobiliers en cours et en attente de permis de construire (voir plan quartier ci-dessous).

PLAN QUARTIERcoutures_reperage

Dans ce contexte, les habitants du quartier des Coutures organisent une réunion :

le MARDI 26 MAI 2015 A 19 H 30
AU CAFE LIBERTE
173 RUE ROBESPIERRE (angle de la rue Liberté)

 

VENEZ NOMBREUX

ET SURTOUT
PARLEZ-EN A VOS VOISINS !!!

École de Bagnolet : grève de personnel

IMG_1925

Certains agents municipaux des écoles de Bagnolet, à statut municipal, les ATSEM, ont engagé depuis le 18 mai un mouvement de grève reconductible, de 11 h à 13 h. Ils ont décidé de poursuivre ce matin, vendredi 21 mai, le mouvement.

Ils se mobilisent pour (extrait du tract distribué ce matin à l’école J. Jaurès) :

  •  obtenir une véritable concertation sur l’organisation de travail à la rentrée 2015 (réforme des rythmes scolaires) ;
  • le maintien des effectifs avec le remplacement des agents en congé maternité, maladie.., et la sécurisation des agents précaires ;
  • la mise en place d’une véritable roulante
  • des moyens matériels pour travailler dans de bonnes conditions

Contrairement à ce qu’a affirmé la municipalité, il n’y a pas de réunion de travail avec les personnels et/ou leurs représentants sur ce qui se mettra en place à la rentrée prochaine. il aura fallu que le personnel se mobilise pour obtenir une première réunion qui se tiendra le 21 mai ! Ainsi l’inconnue est d’actualité. De même ce ‘n’est pas une équipe roulante de 6 mais de 8 agents minimum attendue pour soulager les collègues sur site. Ainsi les agents attendent de la traduction en faits concrets des engagements pris par la municipalité. 

C’est pourquoi ils ont décidé, en assemblée générale, la reconduction de la grève.

Nous vous appelons à soutenir les agents en grève, qui luttent pour garantir un service public de qualité, dans de bonnes conditions de travail. 

 

(extrait du tact)

Lettre ouverte au maire d’une citoyenne

 Lettre ouverte signée d’une citoyenne, Rosalind Fay-Boehlinger au Maire, aux Adjoints au Maire et aux Conseillers Municipaux de Bagnolet suite à la réunion publique du 12 Mai 2015 consacrée à la « Modification du Plan local d’urbanisme ».

Nous complétons cette lettre avec une autre de Rosalind Fay-Boehlinger du dimanche 24 mai à la suite, en fin de texte….

Lire aussi ici

 

Point positif : Les interventions, les interrogations des Bagnoletais

Salle Pierre Curie le 12 mai, le public était nombreux. En général, les interventions, souvent par des architectes et/ou urbanistes bagnoletais se sentant concernés par un développement urbain qui leur paraît mal maitrisé, étaient d’une grande qualité. Cependant, nous sommes sortis de cette réunion avec la désagréable impression que les « projets » sont déjà bouclés, et que nos avis « comptent pour du beurre ». Nous restons inquiets concernant le devenir de notre ville, la qualité de l’environnement, l’harmonie du cadre de vie.

Le Passé, l’enjeu du présent, l’information

Je me suis apparemment mal exprimée lors de mon intervention où j’ai parlé du passé. Pour être claire : Il faudrait cesser d’évoquer le passé comme excuse à tout. La gestion Municipale d’Everbecq, Jamet et Cie, n’est pas une référence. Il ne suffit pas de faire mieux (moins pire) que l’ancienne équipe. Nous sommes conscients que les finances de la ville sont sinistrées, mais encore ! Les questions posées par rapport à l’activité immobilière sur la ville sont d’autant plus sensibles !

Les Réunions Publiques – ambiance !

A travers une campagne publicitaire visible dans toute la ville, la Municipalité se félicite de la vie démocratique à Bagnolet et de ses nombreuses réunions publiques. Encore faudrait-il qu’une ambiance sereine, propice au débat, y règne. Nous n’oublions pas les promesses électorales, notamment : « rendre la parole aux citoyens et rétablir une démocratie locale apaisée. » Réunir des Bagnoletais sans les écouter, les entendre, leur répondre, n’est qu’un semblant de démocratie.

 

Quant à l’introduction « technique » de cette réunion autour de la « Modification du Plan Local d’Urbanisme », un homme au premier rang (dont je n’ai malheureusement pas retenu le nom) a patienté, la main levée longtemps, pour demander la parole alors que le micro se baladait dans la salle de manière incontrôlée. Il a enfin pu parler. De manière posée et intelligente, il a regretté de n’avoir rien compris aux plans illisibles et à l’exposé « technique » qui devaient servir comme base de discussion de la soirée. Nous sommes nombreux à partager son point de vue.

 

Il ne s’agissait pas d’une réunion démocratique mais d’une lutte pour prendre possession du micro. L’employé municipal se déplaçant dans le public avec le micro n’est pas en cause. C’est à Monsieur le Maire de « gérer » une réunion et d’assurer la sérénité nécessaire permettant un vrai débat démocratique. (Il faudrait qu’un président de séance ne prenant pas part aux débats soit désigné. Il accorderait la parole aux participants de manière ordonnée : il écouterait, il regarderait la salle, il noterait les mains levées, il limiterait le nombre de prises de parole par intervenant, y compris le Maire !)

 

Que dire de la prestation du Responsable de l’Education populaire, de la Démocratie Locale, et des Conseils de Quartier, El Miloud Kanfoudi? En « réponse » à une intervention animée certes, (l’ambiance s’y prêtait !) mais légitime et intéressante de la part de Nathalie Carbunar, M. Kanfoudi lui a fait un véritable procès d’intention  sur un ton indigne d’un élu de la municipalité. Et encore, à la sortie de la réunion, j’ai voulu attirer son attention sur le fait qu’une personne ayant pu prendre la parole après une longue attente, n’a finalement pas eu de réponse ni de réaction du Maire à ses questions pertinentes concernant les projets de densification et des problèmes de parking anarchique et dangereux Avenue Gambetta. M. Kanfoudi m’a engueulée (seul mot qui convient) en me lançant, « De quoi vous vous plaignez ? Vous avez pu prendre la parole, non ? » Comme si ces réunions étaient des jeux où le but était de gagner le micro ! Je me pose de sérieuses questions sur la justesse des délégations au sein du Conseil Municipal. (Et je regrette de plus en plus d’avoir soutenu la liste Dynamique Citoyenne.)

 

Nos élus ne se rendent pas compte que le public partage les préoccupations exprimées par d’autres intervenants, même si les questions posées semblent « agacer » certains élus. Un exemple flagrant, dès que Pierre Mathon, bête noire de la majorité municipale, prend la parole, le Maire et ses collègues ne l’écoutent pas et se mettent à ricaner, alors que, toute proportion gardée, les propos de M. Mathon nous intéressent souvent. Les élus devraient être conscients de leur fonction et s’abstenir de montrer leurs petites guéguerres personnelles.)

 

Le comportement du « Premier Magistrat de la Ville » peut mieux faire !

Lors de la réunion du 12 mai, le Maire n’avait pas l’air spécialement dérangé par la médiocrité de l’ambiance qui empirait au fur à mesure que la soirée avançait.

Il a lui-même manqué de sang froid et de maîtrise de soi. Visiblement «énervé » par certaines questions, il a largement monopolisé le micro en s’engageant dans des monologues agressifs qui ne faisaient absolument pas faire avancer le débat. Puis plusieurs questions ont été tout simplement ignorées selon la volonté ou l’absence d’attention du Maire.

 Modification vs. Révision – Promesses Electorales Oubliées ?

D’emblée plusieurs intervenants ont clairement démontré qu’il eut fallu plutôt une révision du Plan Local d’Urbanisme, qu’une modification. Selon le Maire, une « modification » était préférable à une « révision », car elle nous permettait d’aller « plus vite ». Pourquoi bon sang?!  Pourtant l’une des quatre « urgences » dans le programme de la liste « Rassemblement citoyen pour Bagnolet » prévoyait clairement de « Rétablir la qualité de vie des Bagnoletais : révision du plan local d’urbanisme en limitant les hauteurs et la densification, relance de la rénovation urbaine des quartiers de la Noue et des Malassis … » Ne faut il pas prendre le temps de préserver et améliorer ce qui peut l’être comme qualité de vie ?!

 

Logements sociaux

Les « logements sociaux » revenaient régulièrement dans les interventions confuses du Maire comme si le simple fait de prononcer « logement social » X fois allait résoudre le problème. « Du temps d’Everbecq il était question de construire 6000 logements. Nous n’en construirons que 3000 » dixit Monsieur le Maire. Puis on a eu droit à un discours larmoyant et moralisateur du Président de L’OPH. Il ne suffit pas d’évoquer des mal logés pour tout excuser, y compris l’absence d’une réflexion globale et à long terme sur la ville. En gros, nous avons retenu que la Municipalité accorde le permis aux promoteurs en échange d’un pourcentage de logements sociaux par construction, sans évoquer des critères de qualité, de mètres carrés, d’espace vert, la distance entre les immeubles, les services, les équipements. De nombreux intervenants essayaient de faire préciser quelles étaient les limites de la densification dont chacun est témoin.

 

Les Permis de Construire – pas clair !

Tout le monde, inquiet de la densification de la construction à Bagnolet, posait le problème des projets privés. Pour faire court : on avait nettement l’impression que lorsque ça l’arrangeait, le Maire affirmait que nous ne pouvions rien contre les projets privés où le permis de construire a été accordé. Et à d’autres moments, il évoquait fièrement les permis qu’il a annulés. Nous demandons des comptes, notamment des informations précises par rapport à l’état actuel des permis de construire et la possibilité éventuelle de les annuler.

 

Nous comprenons que l’annulation d’un permis a un coût pour la ville. Autant nous informer, faire preuve de transparence, que nous puissions juger en connaissance de cause. Quid des permis accordés depuis un an et en cours ?

 

Les préoccupations largement justifiées de la population

Pourquoi est-il si difficile de poser le problème d’un projet d’ensemble du développement urbain ? Des intervenants telles que Claire Laurence, Bénédicte (de l’Association Les Voisins du Centre Ville de Bagnolet), et plusieurs hommes (dont je n’ai pas su les noms) exprimaient des idées pertinentes s’appuyant souvent sur une expertise.

 

Claire Laurence a fait une excellente intervention qui résumait les aspirations de la majorité des participants. Elle a imploré la Municipalité de veiller à l’élaboration d’un projet tenant compte de la qualité de l’environnement, des équipements sociaux et publics, de la qualité de la construction souhaitable. « QUEL OBJECTIF DE POPULATION ? », a t-elle demandé. En attendant d’avoir mené cette réflexion et d’avoir porté des réponses précises à des questions aussi cruciales, ne faudrait-il pas stopper net la délivrance de tout nouveau permis aux promoteurs et  suspendre les constructions pour avoir le temps de repenser les quartiers et la ville dans son ensemble afin d’élaborer de vrais projets d’avenir?

 

Sincèrement,

Rosalind Fay

 

 

P.S. la magnifique Bergerie ?! Est-elle toujours menacée par des projets initiés sous le régime Everbecq où est-ce que l’équipe actuelle s’est engagée à la protéger à long terme ?

 

 

Lettre du 24 mai  = Nouvelle lettre ouverte au Maire, aux Adjoints au Maire et aux Conseillers Municipaux de Bagnolet suite à la réunion du Conseil de Quartier Centre du 20 mai

 

Suite à ma dernière lettre ouverte, j’ai reçu de nombreux courriers positifs et solidaires : « Merci pour cette lettre qui illustre parfaitement les ambiguïtés de la politique municipale : oui, il y a des formes de concertation, mais pas de réels échanges d’opinions.  C’est comme si les décisions étaient prises en petit comité et que le débat public consistait à permettre aux gens de s’exprimer, mais sans réel effet ni débat de fond. Ca semble de la démocratie directe, mais ce n’est que de la poudre aux yeux. » Et encore : « Très bien ta lettre elle fait un inventaire des questions posées qui n’ont pas méritées de réponses de cette nouvelle municipalité, d’où une nouvelle question : à quoi servent ces réunions? » Et bien d’autres encore…

La réunion du Conseil du Quartier du Centre du 20 mai

Grâce au Secrétaire de Séance, Monsieur Pascal Le Corre, la réunion s’est déroulée dans le calme, de manière constructive, jusqu’à un certain point. Maryse Viviand a donné un compte-rendu de sa visite de la ville à pied en signalant les principales nuisances : dépôts d’ordures sauvages, tags, stationnement anarchique, poubelles gênantes sur les trottoirs, de très nombreuses paraboles satellites sur les balcons, et d’autres questions encore qui seront sans doute reprises dans le Compte Rendu Officiel. Le public a noté avec satisfaction la création d’une Police de l’Environnement, malheureusement nécessaire devant le manque de civisme des personnes responsables des dépôts d’ordures sauvages. On a parlé du ramassage des encombrants, le nettoyage des tags. Bref on a discuté normalement de l’entretien de nos quartiers du Centre.

La Question qui fâche et le Maire récidive

Tout allait bien, jusqu’à ce que Bénédicte Bastin, responsable de l’Association « Rochette Voisin » prenne la parole pour poser la question qui fâche et qui est pour l’ensemble des habitants du quartier Centre, LA question de la soirée, tout le reste étant important mais relevant de l’intendance.

Inutile de reprendre ici le travail sérieux que Bénédicte Bastin a fait pour informer les habitants et interpeller les pouvoirs publics. Sa lettre et ses plans lisibles, nous permettent de bien comprendre les enjeux et les projets immobiliers qui menacent l’équilibre, l’harmonie, et la qualité de vie de notre quartier.

Dès que Bénédicte a commencé à poser sa question écrite, le Maire, le micro en main, lui a coupé la parole 7 fois en martelant, « Madame, Madame, Madame ! » Bénédicte n’est pas parvenue à terminer son intervention. Cette interpellation « madame, madame, madame » ne permettait pas l’exposé de la question, et n’apportait aucune réponse cohérente permettant discussion et débat.

Devant la réaction du Maire, elle a simplement et poliment demandé, « Oui mais est-ce que vous pouvez nous dire l’état actuel de ce projet, qu’en est il ? » Pas de réponse. Le Maire reprenait la même tactique utilisée lors de la réunion du 12 mai : Alors que tout le monde entend parler dans ses grandes lignes du projet « Belin » ou « Rochette », le Maire se contente de répéter qu’il n’en sait rien : « On ne peut pas consulter le Projet Belin tant que le permis n’a pas été déposé. » Toute son « argumentation » est construite autour de la question du permis.

Pourtant, tout le monde sait que ce projet existe. Des questions importantes méritent réponse : « Quels Types de logements ? Quels Equipements publics ? Quelle hauteur pour les bâtiments. » Si le Maire n’en sait rien, comme il n’a cessé de le répéter, à quoi bon consulter les habitants ! N’est-ce pas tout simplement de pouvoir dire qu’il y a eu « concertation publique » et en avant toutes. Si le projet n’avançait pas, comment aurait-t-on pu parler du transfert de l’activité économique (« l’entreprise est très contente de son transfert ») et pourquoi évoquerait-on l’école de six classes — par ailleurs, projet absurde 1. Le nombre des classes est arbitraire et inadéquat et 2. Quel cauchemar d’essayer de construire une école neuve dans de l’ancienne ! Mais bon, c’est un autre problème.

On multiplie le nombre des réunions publiques – à un rythme accéléré ! Pourquoi tant de précipitation?

Au mois de mai, les réunions susceptibles d’intéresser un habitant du Centre Ville:

12 mai – Modification du PLU

20 mai – Conseil de Quartier « Centre » (Rythme pareil pour les autres quartiers –réunions (Coutures, Malassis….)

21 mai – Site de la SERAP – ça m’intéressait mais je ne pouvais pas y assister (j’ai une VIE !)

et encore :

26 mai : Projets Urbains Les Loriettes/Gambetta – 3 Scénarios.

 A quoi servent ces réunions ? Un semblant de démocratie.

Comme nous le constatons tous, ces nombreuses réunions menées tambour battant permettent au Maire d’affirmer qu’il y a eu une concertation avec la population.

Pourtant, on ne nous répond pas ou mal. On est agressif et méprisant avec les habitants. A ce propos, lorsque Bénédicte a essayé en vain de mener jusqu’au bout son intervention, le Maire a ironisé en m’indiquant, « la copine derrière va encore s’énerver ». C’est inadmissible que le Maire de Bagnolet s’adresse de manière aussi grossière et méprisante aux citoyens

Suite à la gestion municipale précédente, quid de l’élaboration d’une étude et projet globaux tant revendiqués par les intervenants aux réunions ? Les explications du Maire et ses thèmes récurrents (projets privés, logements sociaux, bref, les mêmes refrains) ne sont pas convaincants. Personne n’est dupe !

Paradoxalement, un avantage certain de toutes ces réunions publiques est que les participants, se retrouvent à la sortie, partagent leurs avis, s’informent, et s’organisent. Le Maire et les élus du Conseil Municipal devraient se réjouir face au foisonnement d’associations de citoyens, pleins de bonne volonté qui s’investissent naturellement dans leurs quartiers (Coutures, Centre, Dhuys). Il ne s’agit pas de quelques individus isolés comme disent certains élus de la Majorité. Gilles Wallis avec le Conseil de la Dhuys fait un travail remarquable. Bénédicte Bastin est à l’origine de l’Association Rochette Voisins. Elle mérite un minimum de respect. Et nous avons des échos intéressants du Conseil des Coutures.

Affaire(s) à suivre

Retrouvons notre dignité

retrouvons dignité 2

Compte-rendu de la réunion du 15 avril 2015

 

En présence de la presse, plus de 70 membres et sympathisants du collectif « Retrouvons Notre Dignité », se sont pressés dans la salle de réunion du « café des familles », trop petite pour l’occasion, preuve de leur attachement à leur quartier et de leur volonté d’y vivre tranquillement.
La réunion a commencé par un bref rappel des différentes actions du collectif envers les pouvoirs publics, approuvées à l’unanimité par les membres présents.

La parole est aux habitants

Ils sont effarés par l’incapacité de la municipalité à améliorer un tant soit peu leur quotidien. Nombreux sont ceux qui pensent qu’ils sont abandonnés par les pouvoirs publics, d’autres ont souligné le manque d’effectifs de la police nationale. Tous sont convaincus que si les pouvoirs publics, Préfet, Municipalité, OPHLM, avaient réellement la volonté de régler le problème, il serait résolu en quelques jours.

La Capsulerie, plus que jamais zone de non-droit

Troisième cache d’armes découverte !
Le trafic ne se limite plus à la vente de drogues, aujourd’hui les trafiquants sont armés.
D’autres trafics tels que le vol sur commande des pièces automobiles, se greffent maintenant à côté du trafic historique. Si les narcotrafiquants ne sont pas poursuivis et condamnés, il n’y a pas de raison pour qu’ils ne continuent pas de plus belle et que d’autres trafics, en tous genres, se développent dans cette zone de non-droit.

À quand la fin du cauchemar ?

L’inquiétude est grandissante et le pire sans doute est à venir. Les habitants ressentent de plus en plus l’oppression exercée sur eux par ceux qui ont la mainmise sur le quartier. Tous souhaitent l’élargissement de l’action des pouvoirs publics nationaux, seuls à même de rétablir l’ordre républicain, s’ils en ont la volonté. Les habitants sont prêts à mobiliser autour d’eux pour des actions spectaculaires et ciblées, afin de peser médiatiquement.

Pourquoi ces actions médiatiques ?

Il est indispensable de se faire entendre et d’être relayé par les médias pour peser à la fois sur les pouvoir publics, le Préfet et la Municipalité. Or les promesses peu coûteuses que la Municipalité avait promises, il y a 9 mois n’ont pas été réalisées, sous prétexte d’un plan d’ensemble qui verra sans doute le jour dans les années futures !

Pourquoi pas tout de suite ?

Il faut que la Municipalité, sans attendre les subventions liées au QPV, agisse en fonction de la demande des habitants et non dans une perspective à long terme. Elle ne peut ignorer cette situation qui requiert un traitement d’urgence.

Décisions

Les actions en vue de réapproprier le quartier à ses habitants ont été décidées à la majorité des présents.
• Occupation du carrefour en bas de la Capsulerie
• Sit-in dans le hall de la mairie le soir du prochain conseil municipal et demande de prise de parole
• Action à la station Galliéni.
Un tract sera diffusé pour appeler à ces différentes manifestations.

Merci à tous ceux qui se sont déplacés, sans oublier les conseillers municipaux de l’opposition qui ont tenu à nous apporter leur soutien.
Il est regrettable, une fois de plus, qu’aucun élu de la majorité actuelle n’ait daigné s’intéresser aux problèmes des habitants de la Capsulerie.

Pour rejoindre ce collectif retrouvonsnotredignite@gmail.com

Qui sont-ils ?

Le collectif « Retrouvons Notre Dignité » est constitué d’habitants d’horizons différents qui en ont assez de l’oppression et de la relégation sociale qui leur sont imposées par tous ces trafics.

Ils ne veulent plus être des laissés-pour-compte. Dans un état de droit, les autorités ont le devoir et l’obligation d’appliquer la loi.
Nous, habitants du quartier Centre-Sud, ensemble, nous serons plus forts pour agir, proposer et intervenir à tous les niveaux de la municipalité jusqu’au plus haut de l’État.