Archives du mot-clé impôts

Tribune du groupe BIC-EELV (à paraître – mai 2017) Bajomag / Augmentations des impôts

 

Dans la Tribune du groupe BIC-EELV à paraître dans le prochain BajoMag, sont donnés les vrais chiffres de l’augmentation des impôts locaux à Bagnolet : + 11,6 % en moyenne = + 5,6 % sur la taxe d’habitation et + 19,9 % pour la taxe foncière.

Oui vous avez bien lu : +19,9% pour la taxe foncière !

E98A1947_2000pix 

 Une nouvelle promesse électorale de 2014, émise par la majorité Di-Martino/Hakem, a volé en éclats avec le vote du budget primitif 2017 ! Aucune augmentation d’impôts, prétendaient alors les élus de l’actuelle majorité, ne serait annoncée sur cette mandature ! À écouter l’adjoint aux Finances la justifier lors du conseil municipal du 29 mars 2017, on aurait pu croire… que le Titanic flottait encore. Quel talent ! Si ce n’est que la ville approche de l’iceberg !

C’est donc aux élus du BIC, qu’il est revenu, lors de ce débat budgétaire, de relever qu’entre les budgets 2016 et 2017, la majorité allait engager un million d’euros supplémentaires de dépenses en gestion courante. Et qu’entre 2014 et 2017, les dépenses de personnel étaient passées de 40 millions pour 1036 agents, à 43,6 millions pour 1078 agents.

Cherchez l’erreur ! Alors que depuis trois ans, les Bagnoletais ont toujours droit au même refrain : c’est la faute aux prédécesseurs ! Mais n’était-ce pas cette majorité si sûre d’elle, qui claironnait, il y a peu, qu’elle allait engager des efforts de rationalisation et d’économies à tout va !

Venons-en à la réalité de cette augmentation : depuis des semaines, la majorité a le toupet de demander, côté recettes, un « petit effort » aux habitants en imposant un soi-disant « contrat »…

Fidèle à son engagement de transparence, le BIC et ses élus confirment aux Bagnoletais que l’augmentation des impôts, votée le 29 mars et qu’ils vont subir dès cette année, sera de 30 fois l’inflation (+ 11,6 % en moyenne = + 5,6 % sur la taxe d’habitation et + 19,9 % pour la taxe foncière).

Pire : les 4 millions d’euros obtenus ne serviront au mieux qu’à éteindre le feu. Certainement pas à construire la maison, chantier qui devra encore attendre, faute de capacité d’auto-financement, la fin de ce mandat ! Sans pour autant que la ville cesse d’emprunter : fin 2017, elle aura 2,6 millions d’euros de dettes supplémentaires.

De quoi largement justifier le vote contre ce budget 2017 des quatre élus du BIC !