Archives du mot-clé précarité

INÉGALITÉS : UN TERRITOIRE FRACTURÉ

capture_decran_couv_rapport
http://www.secours-catholique.org/actualites/inegalites-un-territoire-fracture

 

L’Ile-de-France est une terre d’inégalités. Et les disparités se creusent au fil des années. Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur cette fracture tant économique que sanitaire et éducative. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

 

ENTRETIEN AVEC HERVÉ DU SOUICH, PRÉSIDENT DE LA DÉLÉGATION DU SECOURS CATHOLIQUE DES YVELINES ET CO-AUTEUR DE L’ÉTUDE SUR LES INÉGALITÉS EN ILE-DE FRANCE.

 

Pourquoi et comment avez-vous conduit cette étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de France ?

Cette étude est issue de la perception de nos bénévoles présents sur le terrain, selon laquelle les lieux de pauvreté se renforcent de plus en plus. Nous avons voulu mesurer ce ressenti et en connaître l’évolution.

Nous savons depuis longtemps qu’il y a un déséquilibre important en Ile-de-France. Mais est-il stable ou bien s’accentue-t-il ? Pour le savoir, nous avons rassemblé des données qui sont disponibles mais éclatées : des statistiques de l’Insee, de différents observatoires, des rapports de l’Agence Régionale de Santé, de l’Éducation nationale etc.

Quels sont les constats qui en résultent ?

Il en ressort principalement que les lieux de pauvreté décrochent sur tous les tableaux à la fois : sur le plan économique mais aussi sociologique – avec une augmentation du nombre de familles monoparentales – ainsi qu’au niveau de l’accès à l’éducation et à la santé. Avec en prime, une aggravation au fil des années.

En Seine-Saint-Denis, les communes les plus pauvres régressent, alors que le département est lui-même en décrochage par rapport à la moyenne régionale. La fracture est donc en train de s’élargir.

Tous les indicateurs sont au rouge : chômage, grande pauvreté, échec scolaire… Les pouvoirs publics et le monde associatif prennent des mesures, et pourtant, la dégradation se poursuit. Les pauvretés se concentrent de plus en plus dans les mêmes lieux, le nombre des personnes concernées s’accroît et la pauvreté s’intensifie.

Comment expliquez-vous le creusement de cette fracture territoriale ?

Un point clé est le déséquilibre dans l’accès au logement très social et à l’hébergement d’urgence, qui entretient le regroupement des pauvretés. Prenons l’exemple du Samu social : il héberge plus de 30 000 personnes dans des hôtels qui sont, à 80%, situés dans des lieux de pauvreté. On charge la barque de territoires déjà en grande difficulté.

Il y a un problème de coût du foncier, qui rend onéreux la construction de logements sociaux dans les villes résidentielles. Il y a aussi un problème politique. On se cogne aux égoïsmes des communes qui se portent bien et ne souhaitent pas « abîmer » leur qualité de vie en accueillant du logement très social et en faisant œuvre de solidarité.

Que préconisez-vous pour enrayer cette dégradation ?

Nous demandons principalement la relance d’un plan ambitieux de construction de logements très sociaux, réellement accessibles aux personnes en situation de pauvreté. La loi SRU laisse encore trop la possibilité aux communes de se concentrer sur du logement social haut de gamme.

Ce rééquilibrage doit être fait de façon diffuse, y compris dans les communes aisées et là où le foncier est cher et au sein même de chaque commune, afin de favoriser la mixité sociale et le vivre ensemble.

Il faut cesser de constituer des îlots de pauvreté, qui conduisent à ce qu’une frange de la société regarde l’autre vivre sans elle.

Étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de-France

Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur les inégalités économiques, sanitaires et éducatives qui fracturent de plus en plus ce territoire. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

Télécharger l’étude

Étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de-France

Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur les inégalités économiques, sanitaires et éducatives qui fracturent de plus en plus ce territoire. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

Télécharger l’étude

  • En Ile-de-France, le niveau de vie des 10% des ménages les plus aisés est 5 fois supérieur à celui des 10% des ménages les plus modestes.
  • On vit en moyenne 2 ans plus vieux dans les Hauts-de-Seine qu’en Seine-Saint-Denis.

Solidarité avec les réfugiés : un voeu des élus du BIC voté à l’unanimité

IMG_2220_01A

Au conseil municipal du 10 septembre, le groupe des élus du BIC a proposé le voeu suivant sur la solidarité avec les réfugiés, qui a fait l’objet d’amendements avec le groupe de la majorité municipale et le groupe Front de Gauche et citoyens.

Pour aboutir au texte suivant :

 

Compte rendu  CM du 10 septembre 2015 5

Sorins : un appel à solidarité

Voici un nouvel appel à votre solidarité afin d’améliorer l’habitat des 173 anciens voisins d’origine  ouest-africaine expulsés il y a 3 ans de la rue des Sorins.

photo

 

Merci à ceux qui ont participé au premier appel à financement pour le réaménagement de leur cuisine qui est en cours. Cette fois il s’agit d’aménager les sanitaires toujours par un financement participatif figurant sur la plate-forme numérique “Les petites pierres” . 

 

Depuis trois ans, le Collectif des Sorins, groupe de 173 hommes 
d’origine ouest-africaine, vit dans une ancienne serrurerie à Montreuil. Dans le cadre d’un projet de mise en sécurité du bâtiment, ils cherchent à financer l’aménagement des sanitaires – avec votre aide !
http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaires

 

Pour plus d’informations et pour faire un don : copier et chercher cette adresse sur internet, cliquez et inscrivez-vous.

Faites circuler le message sur vos réseaux.

Le Collectif des Sorins

photo 2

TEXTE POUR DIFFUSION CROWD-FUNDING

Le Collectif des Sorins lutte depuis trois ans pour préserver des  valeurs d’accueil et de solidarité face au manque d’un logement digne  et de titres de séjour pour la plupart des 173 migrants qui en font  partie. Originaires de l’Afrique de l’Ouest, ces hommes sont installés  depuis décembre 2011 dans une ancienne serrurerie industrielle au 41-45  rue des Papillons, dans la ville de Montreuil. Soutenue par la Mairie  et les Montreuillois, l’association des habitants fait un véritable  travail de gestion coopérative du foyer.
Un projet de réhabilitation de l’ancienne usine pour répondre à  l’urgence -constituée par les équipements électriques vétustes qui  augmentent les risques d’incendie, et par le manque de chauffage et  isolation- est en cours avec les Architectes de l’Urgence. La Ville et  l’Office pour l’Habitat, propriétaire des locaux, accordent au projet  un soutien financier conséquent qui toutefois, au vu de l’état du  bâtiment, ne permettra pas de couvrir l’ensemble des coûts des travaux.
C’est ainsi qu’on a décidé de lancer un financement participatif sur  internet en collaboration avec la plate-forme “Les petites pierres”  pour récolter les 15.000 € nécessaires pour terminer les travaux et  rénover les sanitaires.

Dès leur arrivée, les Sorins ont remis en fonction les toilettes et les  douches, des chauffe-eau ont été également installés. Elles ont > cependant été aménagées avec des matériaux de récupération et à cause  de l’usage intensif qui en est fait,  elles ne sont clairement plus  dans un état satisfaisant, tant du point de vue de l’hygiène que du  respect de l’intimité. Il est donc indispensable d’améliorer cette  installation.
On fait appel à votre générosité pour réaliser les travaux de  réparation nécessaires à la salubrité des lieux (pose de carrelage  entre autres). Il s’agit également d’installer des équipements adaptés  aux besoins de cette vie en collectivité et qui préservent l’intimité  de chacun (cloisons en dur des cabines, portes pour les toilettes).

Vous trouverez beaucoup d’informations concernant notre situation, le  projet et les modalités de dons sur le site des « Petites pierres » à > l’adresse suivante :
 http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaire

Le Collectif des Sorins

 

Le succès de la grande parade métèque : 3000 personnes

LGPM-affiche-2015

La Grande parade métèque :
3 000 participants . Voici le message de son président après l’édition ensoleillée de 2015

 

Pour  faire connaissance avec Damien Villere, visionner son interview ici

 

Pour lire sur l’édition 2015 :

Salut les métèques.

Et voilà, les dernières rotations de camions se sont effectuées hier, tous le matériel est rangé, plié, l’édition 2015 est maintenant terminée.

C’est donc le moment des remerciements à tous ceux qui nous ont permis cette belle édition.
Merci à Tous pour un vélo qui nous a fourni bien en amont la matière première pour la fabrication de nos chars,
merci à Emmaus pour l’aide à la fabrication des barbecues,
merci au conservatoire de Romainville et plus spécialement à Jerome Van Wyns Berge pour l’orchestre CHAM et Claude Cuzon pour la Batucada,
merci à la Batucada MULÊKETÚ qui a donné le rythme et entrainé notre cortège,
merci à la Fanfare Invisible et à la Fanfare Belette Brass Band qui ont mis le feu dans la parade,
merci à Sipassy, à l’Uzine et à Haidouti Orchestar qui ont mis le feu le soir au parc de la Sapinière,
merci aux compagnies de théâtre de rue, Bonheur Intérieur Brut, les Ombelles, les Souffleurs, la Voisine,
merci aux associations qui sont venues sur la parade et à celles qui ont construit la parole et animé les débats, Rêvons la culture à Noisy, Soif de Bitume, Amnesty International, la Vaillante, les Amoureux au ban public, l’Observatoire de la diversité culturelle, RESF, la Ligue des droits de l’homme, LLA, la Cimade, Medecins du monde, le Secours Populaire, Ajir, la Contremarque, pulsation 93, Art en partage, 39/93, la Ludothèque, la petite fabrique à voix,
merci au soleil d’avoir été présent cette année,
merci aux écoles, Marie Curie, Romain Rolland, Courbet,
merci aux Mairies sans qui nous n’aurions pu faire la Grande Parade et particulièrement à Corine Valls maire de Romainville, à Daniel Guiraud maire des Lilas, à Est ensemble, et à la préfecture à l’égalité des chances,
merci à Stephane Weisselberg pour son soutien indéfectible,
merci à leurs services municipaux et un grand coup de chapeau aux polices municipales,
merci à la croix rouge d’avoir soigné nos petits bobos,
merci à Sweet Punk pour le site internet,
merci à Dov pour les Mugs
merci au PCF de Noisy pour le matériel de la cuisine,
merci à Laval Fanni pour le chapiteau, à Bellastock pour le dôme, à Novelty pour le son et la Light, à LBC pour les talkies, à ROT pour les extincteurs, à Loxam pour le groupe électrogène, à Fonction Meuble pour les tables et chaises,
merci aux foodtrucks, à Baya et au stand d’huitres de Laurent,
merci au soutien de Solidays pour l’organisation et particulièrement à Mael à la direction de production qui a supporté notre amateurisme dans la bonne humeur,
merci aux photographes et vidéastes qui nous ont abreuvé de tant de belles images,
merci à Remi Malingrey pour les badges, à Sydné pour ces micro-reportages,
merci aux graphistes, artistes, anonymes ou non pour les mises en image, merci à Amalia et Ilona,
merci aux médias qui ont relayé l’info, le Parisien, l’Obs, France Inter, France Info, Radio bleue, Radio Soleil, Ici et Maintenant, Radio Libertaire,
merci, merci, merci aux 150 bénévoles et aux 100 adhérents de Un sur Quatre de leur soutien inconditionnel,
et merci aux 3000 personnes qui nous ont suivi sur la parade.
On se retrouve en 2016 pour dire haut et fort notre fierté d’appartenir à un pays riche de sa diversité, et on ne lâche rien en attendant.
A très bientôt les métèques !
Salut et fraternité.
Damien Villiere
Président de l’association Un sur Quatre
 

 

L’idée

Valoriser, transmettre et partager auprès des publics les plus larges possibles, les bienfaits de l’immigration, tel est l’objectif de la Grande Parade métèque … Et de rappeler que l’égalité politique pour tous est un fondement de la république française. C’est de ce désir de partage, de célébration et d’égalité qu’est née l’idée du projet.

Le projet

Pour communiquer et transmettre cette richesse de la diversité, l’association à l’origine de l’événement a fait le choix d’organiser un événement populaire, festif, positif, visible. La phase d’organisation de l’événement est mise à profit pour tisser des liens privilégiés avec de multiples partenaires comprenant les habitants, le tissu associatif local, les représentants des municipalités et des collectivités, certaines associations nationales et des sponsors privés. Le projet s’écrit en partie avec eux.

Ce collectif a pris le soin de comporter parmi ses membres de nombreux professionnels aptes à mener ce type de projet. Ces compétences sont employées à proposer à nos partenaires un outil et une enveloppe d’expression  autour des thèmes qui nous animent.

Trois moments

Notre action est construite autour de trois moments distincts compris dans la même journée : une parade, un village, un bal.

La parade est par définition un événement populaire, festif et très positif. Nous traversons le plus de territoires possibles.

beautiful

Le temps du village est le temps de la rencontre, le temps des associations et de la parole. Les associations y présentent leurs activités. Une agora organise des rencontres et débats.

pas besoin

Le bal est notre moment de festivité, populaire comme il se doit, il invite chacun à la danse sur des airs d’ici ou d’ailleurs.

bal

 

Tois principes de base

 

1. Nous sommes tous des métèques, nous sommes tous des sangs mêlés. Du métèque grec au métèque disqualifié par Maurras, au métèque reconquis par Moustaki, qui sont les métèques d’aujourd’hui ? Le fantasme de la pureté des groupes : comment l’altérité maintient une société en vie ? Quel sens alors donner aujourd’hui aux frontières de l’identité nationale en France, en Europe ?

2. Le racisme arc-bouté aux politiques de la peur. Peur et racisme ne sont pas forcément innés mais aussi le produit des « politiques de la peur ». Les lois viennent renforcer les peurs marginales ou diffuses en leur donnant une puissance symbolique et effective. Des lois anti-immigrés aux lois raciales des deux derniers siècles, quelles peurs ont été sollicitées et amplifiées par ces lois ?

3. Dans quel monde voulons nous vivre ? Quelles seraient nos utopies concrètes ? Peut-on reconnaître la citoyenneté de tous ceux qui vivent ici comme l’on avait reconnu la citoyenneté des patriotes étrangers en 1789…? Peut-on marginaliser la dimension nationale de la citoyenneté politique, penser tous les lieux où être citoyen ne devrait pas supposer d’être national ? Comment tendre à un droit unique pour tous les habitants ? Sortir de l’imaginaire de la préférence nationale et trouver les mots, les gestes, les lieux d’inclusion sociale.

tu th'habilles

Une philosophie

 

Nous souhaitons promouvoir les conditions de la participation de tous, immigrés ou non, à une société inclusive, fondée sur l’égalité, et capable d’envisager les nombreuses formes de la diversité culturelle et sociale comme un atout. Cette diversité n’est pas une question de préférences.

Elle est déjà la réalité de la société française. C’est cette citoyenneté plurielle et commune à tous, quelles que soient nos «origines» ou notre nationalité, que nous proposons d’exprimer et de renforcer par le dialogue et le débat.

La France, une terre d’immigration, se reconnait elle comme telle ? Quels ont été les apports de l’immigration à la France ? Qu’est-ce que l’expérience de vivre sans papiers ? Quels sont les itinéraires de vie d’immigrés, installés de longue date ou récemment ? Que signifie être un enfant, un descendant d’immigré dans son expérience de vie ? Quelle est la place de la culture d’origine dans la construction d’un projet de vie ? Que signifie ‘l’intégration’ pour les uns et les autres ?

Quelles sont les aspirations des jeunes d’origine autre et comment faciliter le déploiement de leurs projets ? Comment mettre en échec la discrimination et le racisme ? Que peuvent être les effets délétères ou bénéfiques d’une politique migratoire ? Que peut-on apprendre d’autres pays ? La Grande-Bretagne ? L’Espagne ? Sommes-nous si uniques ? Comment transformer le traitement médiatique de l’immigration en France ? Journalistes, encore un effort !

 

Sécurité sociale : non à la fermeture

Un large collectif pluraliste est en cours de constitution pour, en tout premier lieu,  gagner le maintien de notre sécurité sociale à Bagnolet. La direction départementale de la CPAM envisage, en effet, de fermer le centre de sécurité sociale de Bagnolet à la rentrée prochaine.

 

Voici le communiqué du front de Gauche, volontiers repris par le BIC

Cette fermeture s’inscrit dans la volonté de réduire à une peau de chagrin les centres d’accueil du public permettant aux populations et en premier lieu au plus précaire de s’informer de leur droit et de pouvoir y accéder.

Ainsi 18 centres seraient fermés sur 33 en Seine Saint Denis. Rappelons que notre département comptait 100 points de contact en 2002, assurant un véritable maillage de proximité.

Cette fermeture s’inscrit également dans la volonté du gouvernement de rayer de la carte 8000 postes à la sécurité sociale d’ici 2017.

Après les baisses et les déremboursements de médicaments, l’étouffement financier des hôpitaux Publics, la disparition des administrateurs salariés de la sécurité sociale, le renvoi de fait vers les assurances privés…c’est le principe d’égalité de service public garantissant l’accès au droit à la santé qui est remis en cause, ainsi d’ores et déjà 30% de la population renonce aux soins pour des raisons financières.

Rappelons que dans le même temps la cour des comptes démontrait dans son exercice 2014 que les fraudes patronales sur les cotisations sociales avoisinaient la somme de 20 à 25 milliards d’euros soit plus que le montant du déficit de la sécurité sociale.

Cette situation est particulièrement inquiétante. Un large collectif pluraliste est en cours de constitution pour, en tout premier lieu,  gagner le maintien de notre sécurité sociale à Bagnolet.

 

SAMEDI 11 AVRIL SOIREE DE SOLIDARITE AVEC LE COLLECTIF BARAS

concert_bara__11_04

SAMEDI 11 AVRIL : SOIREE DE SOLIDARITE AVEC LE COLLECTIF BARAS

Repas à partir de 19h (avec ou sans viande)
Concert dès 20h avec :
Biba Arif (musique afro, reggae et soul), des guests et un DJ pour
danser !
au squat des Baras
72 rue René Alazard à Bagnolet
(Métro Gallieni ou
Porte de Lilas
bus 115 la chassagnole)
Le Procès du squat
c’est le mardi 14 avril à 9 h 30 au tribunal
d’instance de Pantin (métro église de Pantin).
Venez nombreux !
NON à l’expulsion du squat !
Régularisation des sans-papiers !

1er avril : petit déjeuner de soutien aux amis Roms de la rue de l’Avenir

1560404_276530852514005_2098390855_n

Mercredi 1er avril

Petit déjeuner de soutien

Rue de l’Avenir

à Bagnolet

 

Suite à des menaces d’expulsion du squat Roms de la rue de l’Avenir, un collectif de soutien s’est créé pour les aider à se reloger et à avancer dans leurs démarches administratives. Des descentes de police ont eu lieu, et un des habitants, père d’un enfant scolarisé, a été arrêté et placé en centre de rétention en vue d’une expulsion imminente du territoire.

Pour marquer le coup avant la fin de la trêve hivernale (2 avril), le collectif a décidé d’organiser un petit déjeuner la veille : mercredi 1er avril, de 8h30 à 9h15.
C’est important d’y être aussi nombreux-ses que possible.
Votre présence sera donc bienvenue ce jour, avec une boisson, un  thermos, des biscuits, …

« L’éducation, c’est prioritaire ! « : appel des syndicats

La CGT éduc’action, le SNUipp FSU, SUD éducation lancent un appel à un rassemblement devant les locaux de l’Inspection de l’Éducation nationale (IEN) le 5 décembre, rue Girardot.

Il s’agit d’être très nombreux, enseignants, parents, élus, citoyens…

Faites circuler !

 

Lire ici

tractagbajo

 

Appel de l’assemblée générale de grève du 20 novembre 

Le manque de remplaçants, les classes surchargées, la précarité, l’absence de formation, la surcharge de travail, les APC, les rythmes scolaires, la pression hiérarchique… Tout ça, y en a marre !

Ce n’est pas la création des 78 réseaux qui changera la donne ! Au contraire, cela nous laisse craindre qu’une fois encore Bagnolet se trouve exclus des dispositifs éducation prioritaire. 

Pourtant, sociologiquement, elle en remplit tous les critères (taux de csp défavorisés, par exemple).

C’est bien pour cela que nous revendiquons tous les moyens de l’éducation prioritaire pour notre ville (REP+), soit :

  •  un maitre supplémentaire par école
  •  Des classes spécifiques pour les 2 ans dans toutes les écoles qui le souhaitent.
  •  Du temps de concertation et de formation (9 jours)
  •  La prime éducation prioritaire doublée
  •  Un médecin scolaire à temps plein pour la ville
  •  Une infirmière scolaire par réseau
  •  Une assistante sociale dédiée au primaire par réseau.

 

Au-delà nous exigeons :

  • le respect des seuils issus de la lutte de 98
  • Des zil en nombre suffisant
  • La reconstitution des rased par groupe scolaire
  • Le renforcement de la médecine de prévention
  •  L’application des décharges de direction zep aux écoles de la ville
  • Le soutien de notre hiérarchie dans les situations difficiles $.

Pour toutes ces raisons, retrouvons nous nombreux-euses 

le vendredi 5 décembre à 16 h30 

Devant l’inspection de circonscription 

Rue Girardot à Bagnolet