Archives du mot-clé Santé

INÉGALITÉS : UN TERRITOIRE FRACTURÉ

capture_decran_couv_rapport
http://www.secours-catholique.org/actualites/inegalites-un-territoire-fracture

 

L’Ile-de-France est une terre d’inégalités. Et les disparités se creusent au fil des années. Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur cette fracture tant économique que sanitaire et éducative. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

 

ENTRETIEN AVEC HERVÉ DU SOUICH, PRÉSIDENT DE LA DÉLÉGATION DU SECOURS CATHOLIQUE DES YVELINES ET CO-AUTEUR DE L’ÉTUDE SUR LES INÉGALITÉS EN ILE-DE FRANCE.

 

Pourquoi et comment avez-vous conduit cette étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de France ?

Cette étude est issue de la perception de nos bénévoles présents sur le terrain, selon laquelle les lieux de pauvreté se renforcent de plus en plus. Nous avons voulu mesurer ce ressenti et en connaître l’évolution.

Nous savons depuis longtemps qu’il y a un déséquilibre important en Ile-de-France. Mais est-il stable ou bien s’accentue-t-il ? Pour le savoir, nous avons rassemblé des données qui sont disponibles mais éclatées : des statistiques de l’Insee, de différents observatoires, des rapports de l’Agence Régionale de Santé, de l’Éducation nationale etc.

Quels sont les constats qui en résultent ?

Il en ressort principalement que les lieux de pauvreté décrochent sur tous les tableaux à la fois : sur le plan économique mais aussi sociologique – avec une augmentation du nombre de familles monoparentales – ainsi qu’au niveau de l’accès à l’éducation et à la santé. Avec en prime, une aggravation au fil des années.

En Seine-Saint-Denis, les communes les plus pauvres régressent, alors que le département est lui-même en décrochage par rapport à la moyenne régionale. La fracture est donc en train de s’élargir.

Tous les indicateurs sont au rouge : chômage, grande pauvreté, échec scolaire… Les pouvoirs publics et le monde associatif prennent des mesures, et pourtant, la dégradation se poursuit. Les pauvretés se concentrent de plus en plus dans les mêmes lieux, le nombre des personnes concernées s’accroît et la pauvreté s’intensifie.

Comment expliquez-vous le creusement de cette fracture territoriale ?

Un point clé est le déséquilibre dans l’accès au logement très social et à l’hébergement d’urgence, qui entretient le regroupement des pauvretés. Prenons l’exemple du Samu social : il héberge plus de 30 000 personnes dans des hôtels qui sont, à 80%, situés dans des lieux de pauvreté. On charge la barque de territoires déjà en grande difficulté.

Il y a un problème de coût du foncier, qui rend onéreux la construction de logements sociaux dans les villes résidentielles. Il y a aussi un problème politique. On se cogne aux égoïsmes des communes qui se portent bien et ne souhaitent pas « abîmer » leur qualité de vie en accueillant du logement très social et en faisant œuvre de solidarité.

Que préconisez-vous pour enrayer cette dégradation ?

Nous demandons principalement la relance d’un plan ambitieux de construction de logements très sociaux, réellement accessibles aux personnes en situation de pauvreté. La loi SRU laisse encore trop la possibilité aux communes de se concentrer sur du logement social haut de gamme.

Ce rééquilibrage doit être fait de façon diffuse, y compris dans les communes aisées et là où le foncier est cher et au sein même de chaque commune, afin de favoriser la mixité sociale et le vivre ensemble.

Il faut cesser de constituer des îlots de pauvreté, qui conduisent à ce qu’une frange de la société regarde l’autre vivre sans elle.

Étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de-France

Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur les inégalités économiques, sanitaires et éducatives qui fracturent de plus en plus ce territoire. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

Télécharger l’étude

Étude sur les inégalités qui fracturent l’Ile-de-France

Dans une étude approfondie du territoire francilien, le Secours Catholique alerte sur les inégalités économiques, sanitaires et éducatives qui fracturent de plus en plus ce territoire. Si cette situation n’est pas rééquilibrée, prévient l’association, elle pourrait aboutir à une rupture du tissu social.

Télécharger l’étude

  • En Ile-de-France, le niveau de vie des 10% des ménages les plus aisés est 5 fois supérieur à celui des 10% des ménages les plus modestes.
  • On vit en moyenne 2 ans plus vieux dans les Hauts-de-Seine qu’en Seine-Saint-Denis.

Menaces sur le Centre dentaire municipal affaibli

CMS E Rustin

———————
Saliha Aichoune, conseillère municipale EELV/BIC, s’est interrogée, lors du conseil municipal du 8 avril, sur le fonctionnement du Centre municipal de santé (CMS). Elle a interpellé, en particulier, la municipalité sur le Centre dentaire municipal et ses tarifs anormalement bas…
———————-

E98A0982

Quelques usagers du Centre dentaire municipal se sont récemment émus de constater que les soins, pourtant d’une très haute qualité rendus par ce service à la population bagnoletaise, restent à des tarifs anormalement… bas !

Des tarifs pas revus depuis 2009
——————————————-

 

À cette première surprise, il faut ajouter que le Centre s’est récemment doté, à la demande de patients et grâce à la volonté des personnels, de matériel pour le blanchiment et la parodontie… Mais force est de constater qu’actuellement, il est impossible de pratiquer ces actes au Centre, car la municipalité n’a toujours pas fait voter de tarification adaptée. Et pour cause ! Les tarifs du Centre dentaire municipal n’ont pas été revus depuis …2009 !

La municipalité peut-elle expliquer aux usagers et à tous les Bagnoletais les raisons qui justifient une telle tarification et une telle politique ? Comment se fait-il que les organismes sociaux, Sécurité sociale de base et organismes complémentaires, puissent faire …des économies sur le dos de la ville ? Et comment justifier un manque à gagner qui vient grever un budget municipal, pourtant déjà exsangue. S’agit-il d’un choix politique ? Ou d’une lenteur administrative à laquelle elle va remédier sans tarder ?

Pas le temps d’y remédier !
————————————

CMS E Rustin2

Lors du conseil municipal du 8 avril, l’adjoint au maire chargé des Finances s’est contenté d’avouer : « Nous n’avons pas eu le temps de nous consacrer à ce dossier… Nous y travaillons « . Comment la population peut-elle se satisfaire d’une telle réponse, alors que nous savons qu’un appareil d’échographie a été commandé et subventionné …mais que les actes correspondants à un appareil de ce type ne sont toujours pas répertoriés dans le budget primitif du Centre municipal de santé (CMS).

L’avenir du CMS en jeu ?
———————————

 

Après l’intervention du BIC lors de ce récent conseil municipal, il n’a pas échappé aux citoyens que la dette augmente à Bagnolet : dans cette perspective, les activités du Centre dentaire n’ont pas qu’un intérêt social essentiel : ils constituent un argument financier vital pour le Centre. Or, en parallèle, comment ne pas être interpellé par l’installation à l’autre bout de la ville, dans les locaux RATP, au 29 rue François Mitterrand, d’un nouveau centre dentaire privé, alors que le Centre municipal de santé et son Centre dentaire sont situés au pied du métro. Compte tenu de la valeur du terrain, ne s’agirait-il pas plutôt de laisser dépérir le Centre municipal de santé pour le vendre et dégager ainsi une somme conséquente qui renflouerait les caisses de la ville… Ainsi flotte dans la ville une pénible impression persistante d’abandon du Centre de santé municipal, équipement public qui réalise des soins avec une qualité remarquable mais où, tous les jours, il se perd de l’argent public. Entendons-nous bien, les agents qui y travaillent n’y sont strictement pour rien ! Bagnolet Initiatives Citoyennes soutiendra toutes les forces qui œuvrent au maintien de cet établissement ouvert à tous les Bagnoletais.

Maternité LIlas : concert de soutien vendredi 9 Janvier 2015 – 20 h 30

50-ans-Les-Lilas-4

 

Pour les 40 ans de la loi Veil, pour défendre le droit fondamental à l’IVG, nous organisons une soirée de soutien, le vendredi 9 janvier 2015.

L’occasion une fois encore de rappeler que la maternité, toujours en lutte pour sa survie, défend ce droit depuis 50 ans.

Cette soirée aura lieu le vendredi 9 Janvier 2015, au théâtre du garde chasse, aux Lilas. 20 h 30 
Plusieurs artistes se produiront sur scène, à partir de 20h30. La programmation complète sera révélée prochainement… Mais nous pouvons déjà vous annoncer Arthur H, Clarika, Julie et Moi, Sophie Darly…

Participation libre. L’argent récolté à cette occasion sera reversé entièrement au collectif maternité des Lilas.

L’entrée se fera sur réservation via Internet à partir de ce soir, à cette adresse:

http://www.la-maternite-des-lilas-vivra.com/reservation-concert/

Le concert est en placement libre (salle debout), mais la réservation est obligatoire sur notre site pour entrer dans la salle (contrôle des billets à l’entrée).

Attention: Les places étant limitées, nous allons probablement ouvrir les réservations par salves durant la semaine, afin de permettre à tout le monde d’avoir l’information. Si vous n’avez pas réussi à en avoir rien n’est perdu, re-tentez votre chance plus tard!!!