Archives du mot-clé sécurité

Université populaire : le programme« Vivre en état d’urgence »

Université populaire de Bagnolet / Cycle de rencontres – Février-mars 2016 : « Vivre en état d’urgence »

 

UnivPopBagnoletDécrété le soir même des attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence a restreint les libertés publiques au nom de la lutte contre le terrorisme. Trois mois plus tard, il est temps de débattre des conséquences de cet état d’exception, et des abus auxquels il a pu conduire. Plus largement, ce nouveau cycle de rencontres sera l’occasion de réfléchir à la façon dont la société française peut faire face à une situation géopolitique exceptionnelle. Nous chercherons à comprendre la crise syrienne qui plonge un pays dans une guerre civile inextricable, et jette sur les routes des millions de réfugiés, et à réfléchir à l’incapacité de la France à accueillir, ou même à se mobiliser pour ces migrants.

 

Du 23 au 26 janvier, à partir de 17h

Théâtre l’Echangeur, 59, avenue du Général de Gaulle, Bagnolet

La Fabrique des regards : Europe et Moyen-Orient.

Adeline Rosenstein, Sandra Iché et Éric Vautrin

Théâtre, lecture, conte, discussions

Le Moyen-Orient occupe une large part de l’actualité internationale. Entre héritage culturel inestimable et pétrodollars, radicalisations religieuses et néo-libéralisme exacerbé, passé colonial et ingérence internationale, cette région du monde donne peut-être aujourd’hui l’image la plus exacte d’une mondialisation inconsciente et égoïste, sans projet et sans destin, dans ce qu’elle a de pire. Que peut l’art devant les violences qui en découlent autant que les souffrances et les irresponsabilités politiques ? Probablement rien. Sauf à penser que nous ne sommes pas innocents de ce qui se passe là-bas, que réfléchir une situation c’est entreprendre de se penser soi-même, qu’il existe un espace entre indifférence et ingérence. Sauf à accepter que la première action possible est sans doute de sortir des discours simplistes, reprendre les généalogies et opposer l’écoute à tous les emportements.

 

Jeudi 4 février, à partir de 20h

Salle Pierre et Marie Curie, 36 rue Pierre et Marie Curie, Bagnolet

« Respect des libertés pour vivre en sécurité »

Constitutionalisation de l’état d’urgence : quels risques pour nos libertés ? Quels moyens pour une justice indépendante ? Quelle démocratie voulons-nous ?

Soirée organisée par Les amis de l’Humanité à Bagnolet et la Ligue des droits de l’Homme.

Avec la participation de Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l’Homme, et maître France Weyl, avocat au barreau de Paris.

 

Date à déterminer

La Fabrique de Bagnolet, 11 rue Paul Vaillant-Couturier, Bagnolet

Michel MOrzière, président de Revivre

: « Comprendre la crise syrienne »

 

Jeudi 17 mars, à partir de 20h

Cin’Hoche, 6, rue Hoche, Bagnolet

Projection du film de Marcel Trillat, « Des étrangers dans la ville », suivi d’un débat avec le réalisateur. En première partie, courts-métrages tournés dans la « jungle » de Calais par plusieurs signataires de l’Appel de Calais.

 

Vendredi 25 mars, 19h-21h

Centre de quartier Guy-Toffoletti, 43 rue Charles-Delescluze, Bagnolet

Michel Agier, anthropologue

« Au nom de quoi faut-il défendre les migrants ? »

 

 

Hommage aux victimes des attentats : dimanche 17 janvier 11h place Nelson Mandela

ATTENTATS DE PARIS, BAMAKO ET TUNIS

Hommage

aux victimes

Dimanche 17 janvier • 11 h à Bagnolet (Place Mandela)

Paris, Bamako, Tunis… Les victimes du terrorisme sont les mêmes, quels que soient le continent, le pays, la ville, la nationalité, la couleur, la religion ou l’absence de religion.

En tuant ici, là-bas, partout dans le monde, la barbarie ne fait pas la différence.

Ces drames des trois capitales, en France, au Mali ou en Tunisie, fin 2015, démontrent que les amalgames, les manipulations de la peur, sur fond de racisme, au lieu de nous protéger du terrorisme, alimentent ses objectifs. Seules la solidarité et la fraternité sont des remparts contre la haine et contre la division que suscitent et exploitent tous les extrémismes.

Dans les attentats de Paris du vendredi 13 novembre, qui ont profondément choqué nos concitoyens, deux Bagnoletais ont perdu la vie. De la même façon, nombre d’entre nous ont craint pour la vie de leurs amis, de leurs proches à Bamako ou à Tunis. Leur inquiétude et leur peine sont aussi les nôtres. Notre résistance doit s’unir à la leur.

Être solidaire, c’est agir ensemble, c’est se mobiliser pour le respect de chacun et faire du bien commun notre objectif.

• c’est faire de l’ONU l’outil des peuples pour battre Daesch et rétablir la paix,

• c’est bien sûr répondre à l’insécurité par la mobilisation des forces de sécurité et de la justice, mais c’est aussi et surtout répondre par plus de République,

• c’est faire vivre en actes une société de liberté, d’égalité et de fraternité pour donner force au rassemblement du peuple dans sa diversité.

Association Paille et grain, Association démocratique des Tunisiens en France,

Association des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives, La Ligue des droits de l’homme Bagnolet/Les Lilas,

Le Parti communiste français, section de Bagnolet

Ensemble ne laissons pas la peur, la division, la démagogie prendre le pas sur l’humain, la raison et la fraternité. Faisons du bien vivre ensemble le moyen d’une vie meilleure. 

Ensemble, les cinq organisations à l’initiative de cet événement appellent toute la population, tous les citoyens épris de  paix, tous les groupements, associations, syndicats et partis, à se rassembler le dimanche 17 janvier à 11 heures, place Nelson Mandela pour cet hommage solennel.

Ensemble, nous observerons une minute de silence.

Nous appelons chacun à déposer une fleur au pied de la plaque Nelson Mandela et partagerons le verre de la fraternité.

 

 

Organisations se joignant à l’hommage aux victimes de Paris, Bamako, Tunis le 17 janvier à Bagnolet :

Appel des cent ; Association Républicaine des Anciens Combattants ; Association Locale des Handicapés et Infirmes de

Bagnolet ; Bagnolet Initiatives Citoyennes ; Réseau Éducation Sans Frontière ; Europe Écologie – les Verts ; Parti de Gauche ;

Parti Socialiste ; Les Républicains ; Union des Démocrates et Indépendants ; Parti Radical de Gauche ; Association Malaïka ;

Secours populaire français ; Association de Prévention Inter-Communale ; Dynamique Citoyenne ; Ensemble ; Du Neuf à

Gauche ; Les Amis de l’Huma ; UNSA territoriaux Bagnolet ; CGT Éduc’action Bagnolet ; Association des Musulmans de

Bagnolet ; Haut Conseil des Maliens de France ; Sud Éducation Bagnolet ; SNUIPP-FSU Bagnolet…

Contacts :

bagnolet-leslila@ldh-france.org

pcf.bagnolet@free.fr

hommage aux victimes

Rendez-vous du collectif « retrouvons notre dignité »

Le collectif « retrouvons notre dignité » organise une occupation symbolique et limitée dans le temps, du carrefour » Gallieni-Sesto Fiorentino. Le rendez-vous du samedi 13 juin est fixé sur place à 11 heures. Ce rassemblement sera l’occasion d’échanger sur les dernières évolutions.

(communiqué de l’association)

Des avancées…

Le terrain de basket n’est plus

Malgré la destruction du « terrain de basket » les narcotrafiquants restent très actifs sur le terrain : ils utilisent désormais les grilles du parc comme guichet et essaient de s’installer dans les tours voisines.

Ne nous laissons pas faire

– empêchons-les de s’implanter dans nos immeubles ;

– réclamons au Conseil général de faire cesser le trafic dans le parc départemental.

Mise en place du CLSPD*
*conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance

Une première réunion de cette instance a eu lieu le 29 mai 2015, en présence du Procureur, du Sous-Préfet, du Commissaire de Police etc. Les problèmes de la délinquanceà Bagnolet ont été abordés et tout particulièrement ceux liés aux trafics de drogue à la Capsulerie.

Demeurons mobilisés et vigilants

Exigeons de Monsieur Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, qu’il fasse intervenir les forces de Police, comme il l’a fait à St Ouen, sous la pression d’un quartier mobilisé autour d’un collectif fort.

Le Collectif « Retrouvons Notre Dignité » appelle à un rassemblement samedi 13 juin 2015 à 11 heures Carrefour « Sesto-Fiorentino Gallieni »

Le jour de la fête de la ville de Bagnolet.

SOYONS NOMBREUX

Pour obtenir le classement de la Capsulerie en ZSP* et la mise en place du commissariat de plein exercice sur le site de la SERAP.

*Zone de Sécurité Prioritaire

retrouvonsnotredignite@gmail.com

Blog : retrouvonsnotredignite.wordpress.com

Retrouvons notre dignité

retrouvons dignité 2

Compte-rendu de la réunion du 15 avril 2015

 

En présence de la presse, plus de 70 membres et sympathisants du collectif « Retrouvons Notre Dignité », se sont pressés dans la salle de réunion du « café des familles », trop petite pour l’occasion, preuve de leur attachement à leur quartier et de leur volonté d’y vivre tranquillement.
La réunion a commencé par un bref rappel des différentes actions du collectif envers les pouvoirs publics, approuvées à l’unanimité par les membres présents.

La parole est aux habitants

Ils sont effarés par l’incapacité de la municipalité à améliorer un tant soit peu leur quotidien. Nombreux sont ceux qui pensent qu’ils sont abandonnés par les pouvoirs publics, d’autres ont souligné le manque d’effectifs de la police nationale. Tous sont convaincus que si les pouvoirs publics, Préfet, Municipalité, OPHLM, avaient réellement la volonté de régler le problème, il serait résolu en quelques jours.

La Capsulerie, plus que jamais zone de non-droit

Troisième cache d’armes découverte !
Le trafic ne se limite plus à la vente de drogues, aujourd’hui les trafiquants sont armés.
D’autres trafics tels que le vol sur commande des pièces automobiles, se greffent maintenant à côté du trafic historique. Si les narcotrafiquants ne sont pas poursuivis et condamnés, il n’y a pas de raison pour qu’ils ne continuent pas de plus belle et que d’autres trafics, en tous genres, se développent dans cette zone de non-droit.

À quand la fin du cauchemar ?

L’inquiétude est grandissante et le pire sans doute est à venir. Les habitants ressentent de plus en plus l’oppression exercée sur eux par ceux qui ont la mainmise sur le quartier. Tous souhaitent l’élargissement de l’action des pouvoirs publics nationaux, seuls à même de rétablir l’ordre républicain, s’ils en ont la volonté. Les habitants sont prêts à mobiliser autour d’eux pour des actions spectaculaires et ciblées, afin de peser médiatiquement.

Pourquoi ces actions médiatiques ?

Il est indispensable de se faire entendre et d’être relayé par les médias pour peser à la fois sur les pouvoir publics, le Préfet et la Municipalité. Or les promesses peu coûteuses que la Municipalité avait promises, il y a 9 mois n’ont pas été réalisées, sous prétexte d’un plan d’ensemble qui verra sans doute le jour dans les années futures !

Pourquoi pas tout de suite ?

Il faut que la Municipalité, sans attendre les subventions liées au QPV, agisse en fonction de la demande des habitants et non dans une perspective à long terme. Elle ne peut ignorer cette situation qui requiert un traitement d’urgence.

Décisions

Les actions en vue de réapproprier le quartier à ses habitants ont été décidées à la majorité des présents.
• Occupation du carrefour en bas de la Capsulerie
• Sit-in dans le hall de la mairie le soir du prochain conseil municipal et demande de prise de parole
• Action à la station Galliéni.
Un tract sera diffusé pour appeler à ces différentes manifestations.

Merci à tous ceux qui se sont déplacés, sans oublier les conseillers municipaux de l’opposition qui ont tenu à nous apporter leur soutien.
Il est regrettable, une fois de plus, qu’aucun élu de la majorité actuelle n’ait daigné s’intéresser aux problèmes des habitants de la Capsulerie.

Pour rejoindre ce collectif retrouvonsnotredignite@gmail.com

Qui sont-ils ?

Le collectif « Retrouvons Notre Dignité » est constitué d’habitants d’horizons différents qui en ont assez de l’oppression et de la relégation sociale qui leur sont imposées par tous ces trafics.

Ils ne veulent plus être des laissés-pour-compte. Dans un état de droit, les autorités ont le devoir et l’obligation d’appliquer la loi.
Nous, habitants du quartier Centre-Sud, ensemble, nous serons plus forts pour agir, proposer et intervenir à tous les niveaux de la municipalité jusqu’au plus haut de l’État.