Archives du mot-clé voeu

Béton : Bagnolet prend la corde… 

Deux réunions importantes en matière d’urbanisme, c’est à dire en matière de  cadre de vie, de ce qu’est notre ville, se tiennent les 1 et 2 avril.

serap-reunionPublique-da223bb8 les-coutures-reunionPublique-d3565a25

Nous ne nous suffirons pas de cette démocratie-mascarade qui nous ferait avaler tous les projet déjà ficelés d’une majorité municipale qui signe les permis de construire et avalise des projets de promoteur, qu’elle voudrait ensuite présenter à la population pour lui faire croire que tout est encore possible… Mercredi et jeudi,  ensemble assurons-nous que les jeux ne sont pas faits…

La courses aux projets immobiliers ? À Bagnolet, elle reprend de plus belle. Et qu’il fut de courte durée …le suspens de l’orientation politique en matière d’urbanisme de la nouvelle municipalité. En totale continuité avec la précédente mandature, Tony Di Martino semble désormais rattraper le temps perdu en accordant permis sur permis, sans autres critères que la valeur foncière d’une ville très attractive pour les promoteurs. De mois en mois, on assiste médusé à une augmentation des prix au mètre carré  dont n’est bénéficiaire que …la promotion immobilière.. Sans aucune contrepartie pour les BagnoletaisPas besoin d’être devin, …il suffit de regarder : combien d’écoles sont prévues au regard des besoins actuels et futurs ? Pourtant, pourquoi ne pas plutôt définir une « densité raisonnée » au vu des différents quartiers, de leurs caractéristiques propres? Pourquoi cette course à la densification ? Ne pourrait-elle être mise en œuvre au regard de contextes spécifiques?   

Suite tragique pour une ville déstructurée

Poursuivre un développement urbain aussi sauvage et insensé est d’autant plus dramatique pour  notre cadre de vie à tousque cette ville est d’ores et déjà fortement déstructurée. Et si maltraitée depuis si longtemps, avec ces grands ensembles, la construction de l’échangeur, l’abandon de la rue Sadi Carnot, l’échec architectural de l’hôtel de ville et la médiocrité du projet de la Zac Benoit Hure,… Au point de se demander si cette maltraitance  ne serait pas devenue culturelle pour ceux qui la gouvernent ? 

Soyons nombreux à venir témoigner notre opposition à cette politique en participant cette semaine aux réunions publiques du 1er et du 2 avril, et à toutes celles qui suivront. Et à refuser cette fausse concertation, ce simulacre de dialogue démocratique, quand tous les permis sont déjà signés…

Maternité des Lilas au conseil municipal du 17 décembre

panneau maternité

Le BIC a proposé  au conseil municipal du 17 décembre 2014 un vœu au sujet de la reconstruction aux Lilas de la Maternité des Lilas. Il a été adopté à l’unanimité.

À l’occasion du quarantième anniversaire de la loi Veil, le BIC propose la mise en œuvre par la municipalité d’une action forte et mobilisatrice d’éducation et d’histoire du droit des femmes, en insistant sur les particularités de ce combat citoyen dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Parce qu’en 2014, il est temps plus que jamais, de rappeler le droit des femmes, obtenu il y a quarante ans, à disposer librement de leur corps.

 

Alors qu’elle fête cette année ses 50 ans d’existence, la Maternité des Lilas, nous le savons tous, est menacée de liquidation judiciaire.

Fondée en 1964, la Maternité des Lilas était porteur d’un projet médical militant et innovant visant à permettre le développement et la diffusion de conditions d’accouchement naturelles, sans violence, refusant la course à la rentabilité et privilégiant l’accompagnement et le respect du temps, des envies et des besoins de la mère, du père et de l’enfant.

Depuis 2007, l’ensemble des autorités a reconnu la vétusté des locaux, leur inadéquation à l’activité réalisée au regard des normes sur la périnatalité, nécessitant un projet de reconstruction afin de donner à l’ensemble de ses usagers un accueil dans des conditions décentes tout en conservant le projet médical de l’établissement.

Pourtant, le projet de reconstruction du bâtiment a été suspendu en 2011, puis, en 2013 à nouveau, conditionnant dans un premier temps son adossement à une structure hospitalière, puis dans un deuxième temps à sa délocalisation.

Si le projet de délocalisation a été abandonné, le projet de fermeture définitive n’est pas enterré. Il est ainsi nécessaire, plus que jamais, de continuer la mobilisation et de réaffirmer notre appui au collectif de soutien à la maternité, ainsi qu’à son projet initial.

Ce projet militant a aussi conduit la clinique des Lilas, dès les années 1970, à devenir un lieu d’accueil pour les femmes et les médecins qui militaient pour la libéralisation de la contraception et de l’avortement. La clinique, qui a ainsi pris part à toutes les luttes pour les droits des femmes à disposer de leur corps, porte en son sein un centre d’orthogénie (centre IVG, contraception, suivi des grossesses, dépistage anonyme et gratuites des Maladies sexuellement transmissibles – MST, etc.).

Alors que notre département en comptait 23 en 1990 et 16 en 2001, la Maternité des Lilas est aujourd’hui l’une des huit dernières cliniques y pratiquant l’IVG. Le service IVG de la Maternité des Lilas est l’un des deux plus gros centres du département, avec 1 200 IVG pratiquées chaque année. En insistant aussi sur le fait qu’il est l’un des rares à pratiquer l’IVG jusqu’à la fin du délai légal de 12 semaines.

Le Mouvement français pour le planning familial constate ainsi que le nombre de cliniques pratiquant l’IVG en Seine-Saint-Denis a été divisé par 3 en 24 ans, alors que le nombre d’IVG pratiqué n’a pas diminué (plus de 10 000 dans le 93, avec le taux le plus important au niveau national avec Paris) .

Mais il serait réducteur de considérer cette maternité uniquement comme un centre IVG, alors que 1 600 accouchements par an y sont pratiqués. En effet, la Maternité des Lilas est aussi reconnue pour son activité centrée sur l’écoute et la proposition de solutions alternatives dans la préparation de l’accouchement, le recours limité à des solutions médicalisées et un accompagnement dans la durée des mères qui restent notamment plus longtemps à l’hôpital après l’accouchement.

Elle est aussi aujourd’hui le seul établissement privé de notre département d’intérêt collectif ou autrement dit à but non lucratif, n’opérant ainsi pas de dépassement d’honoraires. elle n’a donc pas la possibilité de financer seule sa reconstruction.

Ce combat pour la Maternité des Lilas, qui est concomitant cette année à l’anniversaire des 40 ans de la Loi Veil sur l’IVG que nous venons de fêter a, en outre, une résonnance toute particulière dans notre département.

C’est en effet dans notre département que se déroula un des évènements ayant contribué à l’évolution vers la dépénalisation de l’IVG : le procès en 1972 de Marie-Claire Chevalier, une jeune femme accusée d’avoir eu recours à l’IVG après un viol. C’est au tribunal de Bobigny que Gisèle Halimi assura sa défense, défendant en même temps, la cause de toutes les femmes et le droit de choisir pour chacune d’entre elles.

Or les propos tenus par un élu bagnoletais, Jimmy Parat, il y a quelques semaines, marqués d’intolérance et de déni du droit des femmes de choisir et du principe d’égalité entre les hommes et les femmes, sont surtout révélateurs de la méconnaissance de l’histoire et des luttes dans notre département en faveur du droit des femmes par notre génération.

Il nous apparait donc désormais vital d’informer, d’éduquer et transmettre l’histoire des luttes menées contre l’intolérance et pour le respect des droits des femmes (les violences, les viols, les mariages forcés, les abus sexuels, les discriminations…) afin que ces principes fondamentaux qui forment le socle commun de notre société et de la démocratie, ne soient plus oubliés et piétinés.

 

En conséquence,

 

le Conseil Municipal de Bagnolet, réuni ce 17 décembre 2014 :

 

  • demande aux autorités compétentes un engagement sur la totalité du financement pour la réhabilitation aux Lilas de la Maternité des Lilas, un lieu emblématique de la lutte pour le droit des femmes ;

 

  • s’engage à mener des actions d’éducation sur le droit des femmes (expositions sur le mouvement, sur les droits, sur la contraception, l’avortement, animations, cycle cinématographique au Cin’Hoche avec conférences, actions d’information en lien avec les associations, les centres de quartiers et les écoles, conférences débats, etc.).

 

 

 

 

 

 

Consulter le rapport du Planning familial sur l’accès à l’IVG dans les 8 cliniques et les 6 hôpitaux de Sein- Saint-Denis

http://www.coordination-nationale.org/regions/Ile%20de%20France/Saint%20Denis/Enquete%20IVG%202014%20avec%20tableaux%20avec%20toutes%20les%20annexes%20-%202.pdf

http://www.avortementancic.net/IMG/pdf/statif_26.pdf

 

Maternité motion communiqué DEF