Liens

Sorins : un appel à solidarité

Voici un nouvel appel à votre solidarité afin d’améliorer l’habitat des 173 anciens voisins d’origine  ouest-africaine expulsés il y a 3 ans de la rue des Sorins.

photo

 

Merci à ceux qui ont participé au premier appel à financement pour le réaménagement de leur cuisine qui est en cours. Cette fois il s’agit d’aménager les sanitaires toujours par un financement participatif figurant sur la plate-forme numérique “Les petites pierres” . 

 

Depuis trois ans, le Collectif des Sorins, groupe de 173 hommes 
d’origine ouest-africaine, vit dans une ancienne serrurerie à Montreuil. Dans le cadre d’un projet de mise en sécurité du bâtiment, ils cherchent à financer l’aménagement des sanitaires – avec votre aide !
http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaires

 

Pour plus d’informations et pour faire un don : copier et chercher cette adresse sur internet, cliquez et inscrivez-vous.

Faites circuler le message sur vos réseaux.

Le Collectif des Sorins

photo 2

TEXTE POUR DIFFUSION CROWD-FUNDING

Le Collectif des Sorins lutte depuis trois ans pour préserver des  valeurs d’accueil et de solidarité face au manque d’un logement digne  et de titres de séjour pour la plupart des 173 migrants qui en font  partie. Originaires de l’Afrique de l’Ouest, ces hommes sont installés  depuis décembre 2011 dans une ancienne serrurerie industrielle au 41-45  rue des Papillons, dans la ville de Montreuil. Soutenue par la Mairie  et les Montreuillois, l’association des habitants fait un véritable  travail de gestion coopérative du foyer.
Un projet de réhabilitation de l’ancienne usine pour répondre à  l’urgence -constituée par les équipements électriques vétustes qui  augmentent les risques d’incendie, et par le manque de chauffage et  isolation- est en cours avec les Architectes de l’Urgence. La Ville et  l’Office pour l’Habitat, propriétaire des locaux, accordent au projet  un soutien financier conséquent qui toutefois, au vu de l’état du  bâtiment, ne permettra pas de couvrir l’ensemble des coûts des travaux.
C’est ainsi qu’on a décidé de lancer un financement participatif sur  internet en collaboration avec la plate-forme “Les petites pierres”  pour récolter les 15.000 € nécessaires pour terminer les travaux et  rénover les sanitaires.

Dès leur arrivée, les Sorins ont remis en fonction les toilettes et les  douches, des chauffe-eau ont été également installés. Elles ont > cependant été aménagées avec des matériaux de récupération et à cause  de l’usage intensif qui en est fait,  elles ne sont clairement plus  dans un état satisfaisant, tant du point de vue de l’hygiène que du  respect de l’intimité. Il est donc indispensable d’améliorer cette  installation.
On fait appel à votre générosité pour réaliser les travaux de  réparation nécessaires à la salubrité des lieux (pose de carrelage  entre autres). Il s’agit également d’installer des équipements adaptés  aux besoins de cette vie en collectivité et qui préservent l’intimité  de chacun (cloisons en dur des cabines, portes pour les toilettes).

Vous trouverez beaucoup d’informations concernant notre situation, le  projet et les modalités de dons sur le site des « Petites pierres » à > l’adresse suivante :
 http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/les-sorins-de-montreuil-font-appel-a-votre-generosite-pour-renover-les-sanitaire

Le Collectif des Sorins

 

Le PLU et la ville en débat (compte rendu) – mardi 12 mai

1982099_279057452261345_648839887721916663_n

 La ville en débat, modification du Plan local d’urbanisme (PLU)

Les Bagnoletais sont venus nombreux à la réunion du mardi 12 mai 2015 à la salle Pierre et Marie Curie, intitulée « La ville en débat, modification du Plan local d’urbanisme (PLU) ».

Lire aussi la Lettre au maire d’une citoyenne ici

12-05- PLU

COTE TECHNIQUE

La séance a commencé par une présentation claire et précise des quatre points principaux  de modifications  du PLU par un agent du service de l’urbanisme de la ville.

Tout ces éléments sont à  consulter sur le site de la ville ici

– La politique municipale en matière de construction de logements sociaux ;
– La gestion des hauteurs pour les nouvelles constructions ;
– Le devenir du pôle Gallieni et des périmètres de constructibilité limitée : République/Gallieni et République/Robespierre,
– Les emplacements réservés.

Les interventions du public qui ont suivi ont principalement porté sur :

– la difficulté à discerner une perspective globale de politique urbaine de la municipalité pour la ville ;
– les inquiétudes croissantes face à l‘augmentation de permis de construire accordés pour des promotions d’envergure sans contrepartie d’équipement publics ;
– la  densification de certaines zones au détriment du bâti existant et de la qualité de vie.

Priorité aux logements sociaux

Les réponses du maire, Tony Di Martino, ou plutôt  » la réponse  » du maire, a principalement porté sur la priorité qu’il a décidé de donner aux logements sociaux et à leur rééquilibrage sur la ville –  actuellement, le taux de logements sociaux est de 80 % aux Malassis alors qu’il est de 11 % à la Dhuys.

Très important au demeurant et n’étant nullement contesté par l’assistance, cet objectif parait  à lui seul l’unique stratégie urbaine du maire. À ses yeux, c’est comme s’il semblait justifier un certain saccage  du cadre de vie des habitants de sa ville (voir les permis de construire accordés depuis le début de l’exercice de l’actuelle majorité).

Où sont les équipements publics correspondants ?

Il faut le dire : l’objectif de créer 3 000 logements sociaux supplémentaires sur Bagnolet représente au terme de la mandature, près de 7500 personnes (à raison de 2.5 habitants/ logements) et près de 900 élèves ( 0.3 enfants/ logements) à compter de 2020. Au regard des équipements publics proposés en contrepartie, cette perspective est alarmante : la seule école de 7 classes, dont la construction est projetée en centre ville, ne pourra pas accueillir tous les nouveaux enfants. Et que dire des personnes âgées habitants tout en haut de la Capsulerie qui sont toujours bloqués dans leur appartement  …faute de transport, etc.

Rappelons ici la majorité que Bagnolet a donné à la liste de gauche  qui a remporté la majorité (Parti socialiste + Dynamique citoyenne). D’ailleurs, lors des municipales, toutes les listes de gauche avaient  cette ambition  de faire du logement social… Mais  savamment !   C’est-à-dire en respectant la qualité du cadre de vie. Avec les éléments qui doivent accompagner la construction de ces logements : des écoles en bon état et en nombre suffisant, des crèches, des commerces de proximité, du transport de proximité,  des rues en bon état et des espaces verts, etc.

L’ambition de construire autant de logements ne devrait-elle pas être l’occasion de s’interroger sur la façon de faire la ville aujourd’hui et, surtout, de dépasser l’aspect comptable de la chose ?

COTE AMBIANCE

Mais il convient de revenir sur l’ambiance de cette réunion, qui est devenue au fil de la soirée, de plus en plus délétère.
Oublié le PLU et ces enjeux d’importances pour la ville.
Tony Di Martino, associé à MM. Sardou et Kandoufi ont préféré se lancer dans un  procès d’intention vers les participants de cette concertation : pour eux, toutes les inquiétudes soulevées n’ont exprimé q’un souci de préserver un cadre de vie de privilégiés au détriment des demandeurs de logements.
Quant aux quelques architectes ou urbanistes qui ont pris la parole, ils se sont vu taxé de « pseudo professionnels » qui « censureraient » ces demandeurs de logements sociaux, absents car n’osant venir à ces réunions publics …évidemment convaincus de ne pas y avoir leur place.

Que de mépris pour tous dans ces propos !

Quand la municipalité actuelle cessera-t-elle  d’opposer les populations les unes contre les autres, les prétendus nantis contre les moins favorisés ? Quand choisira-t-elle d’engager le dialogue avec les populations, dans le respect de tous ?

Une réaction épidermique

Il semble y avoir là une réaction épidermique de la part des élus, qui traduit une réelle faiblesse. Quels qu’ils soient, les Bagnoletais vivent tous dans la même ville, solidaires d’une ville qu’ils apprécient et qu’ils aiment.

Une fois pour toutes, il est temps de répéter au maire, Tony Di Martino, comme à ses conseillers : NON,  les nombreux habitants qui posent des questions gênantes ne sont pas systématiquement hostiles aux logements sociaux.
Au contraire, ils sont  POUR.
Et de leur suggérer d’abandonner cette politique besogneuse et méprisante s’ils veulent sortir Bagnolet de « son mal vivre » et de son « mal construire ». De se cacher derrière l’argument des logements sociaux pour bétonner et transformer Bagnolet en future cité dortoir de Paris Métropole. Et cesser aussi de mépriser ceux qui tentent de réfléchir et de travailler sur le devenir de notre ville.

La culture contribue sept fois plus au PIB que l’industrie automobile

Voici un article  du journal La Tribune ….qu’il n’est pas inutile de lire ou de relire… Il date de janvier 2014 et n’a pas pris une ride.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140103trib000807739/la-culture-contribue-sept-fois-plus-au-pib-que-l-industrie-automobile.html

 

La culture contribue 7 fois plus au PIB français que l’industrie automobile avec 57,8 milliards d’euros de valeur ajoutée par an. Son coût total pour la collectivité approche 21,5 milliards d’euros.

Une dépense à perte la culture en France ? Ce n’est pas ce que montre le dernier rapport conjoint des ministères de l’Economie et de la Culture. Selon ce rapport, la culture contribue à hauteur de 57,8 milliards d’euros au PIB (valeur ajoutée). Il s’agit de la valeur ajoutée directe, c’est à dire du seul fait des activités culturelles. Ce qui équivaut à 3,2% du PIB, soit sept fois la valeur ajoutée de  l’industrie automobile. Ces chiffres sont basés sur les calculs de l’Insee.

Le chiffre ne paraît pas exagéré puisqu’une autre étude du cabinet privé….

Continuer la lecture de La culture contribue sept fois plus au PIB que l’industrie automobile

Coupure d’eau : Véolia encore condamnée

Coordination Eau – Île de-France

Et de deux!

Nouvelle victoire contre les coupures d’eau et Véolia .

À noter que le jugement Ordonnance référé TI Bourges 121114  reconnait la capacité de la Coordination Eau Île-de-France à agir en justice partout en France!

Il fait aussi explicitement référence à la loi Brottes. Bref notre position sort renforcée!

C’est le moment d’agir, tous ensemble nous pouvons faire plier les multinationales et faire disparaître cette pratique terroriste des coupures d’eau.

Jean Claude Oliva

lire le communiqué de presse

Loi n°2013-312 du 15 avril 2013 dit Loi Brottes